Hetalia Sweet Madness
Bienvenue a toi Invité dans ce forum où tu peux faire ce qui te plait, envie d'être France en femme? la section "Nyotalia" est pour toi ^^. Mais avant de pouvoir rp ici as-tu lu le réglement? Et as-tu lu le contexte? Si oui...as-tu déposé Ta fiche de présentation dans la partie fiche d'admission ? Si c'est oui alors amuse toi bien mais si c'est non qu'attend-tu pour le faire? Oh et surtout n'oublie pas d'aller jeter un petit coup d'oeil sur les fiches des personnages prédéfinis!! Amuse toi bien parmi nous Invité!!



 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour Sam 5 Mai - 0:41



Fiche Du Pays
”What's your Country”


    Chine :


    RELATION :
    "Famille" :
    Japon
    Hong Kong
    Taiwan
    Thailande
    Corée
    Vietnam
    Et l'Asie de l'Est

    "Autre" :
    Russie dont il se méfie
    Angleterre qu'il n'aime pas
    France.... Bha c'est un pervers quoi...
    USA qu'il apprécie assez.
    Il n'a pas de réel avis sur le reste.



Présentez-Vous Maintenant !

”On Veut Tout savoir de Vous”

Nom : Wang

Prénom :Yao

Age : 4000

Date de naissance : 10 octobre

Orientation sexuelle : Pédophile. :DD

Loisirs : Cuisiner, coudre, faire le ménage, tout ça

Aime : Cuisiner, sa famille, coudre, les peluches, les pandas, Hello Kitty, les choses mignonnes, sa religion, son pays


N’aime pas : Angleterre, sa nourriture, ses sourcils, son thé, ses cheveux, bref tout ce qui se rapporte à Angleterre, France


Description physique :
La première chose qui frappe chez Chine lorsqu'on le voit c'est que c'est un asiatique des plus banals. Des cheveux raides et noirs, la peau jaune, typiquement asiatique, une fine silhouette et des yeux bridés. Quoi de plus typique des nations de l'est ? Oui, Chine est un asiatique comme un autre que l'on peut confondre avec n'importe lequel de ses confrères. C'est cela que l'on voit tout d'abord chez lui. Un asiatique comme on l'imagine dans les croyances populaires. Ces petits bonhommes jaunes aux longs cheveux noirs et aux yeux bridés. Et pourtant, certains signes les distingues des autres.

Tout d'abord, lorsqu'on voit Chine, ce n'est pas l'homme asiatique de base que l'on voit, mais la chinoise de base. Oui. Une jeune fille, le genre qu'on imagine auprès d'un homme et des enfants en train de cuisiner en souriant et en chantonnant. Pourquoi ? Laissez moi vous expliquer. Chine possède de longs cheveux noirs et soyeux, comme ceux d'une jeune femme, qu'il persiste à attacher en queue de cheval qu'il laisse généralement tomber sur son épaule. De plus, les traits de son visage sont fins, lui donnant un air doux et apaisant et il sourit constamment. Un grand sourire bienveillant et chaleureux, comme une jeune mère. Yao est aussi quelqu'un qui ne fait pas de mouvements brusques, mais plutôt souples et agiles lui donnant de la légèreté, comme une fine demoiselle. On a envie d'aller vers lui au premiers abords puisqu'il dégage une certaine féminité et de la douceur.

Cependant, Chine n'est pas si féminin qu'il n'y paraît. Déjà, il a de la force. C'est juste qu'il évite de s'en servir. Mais sachez qu'il fait du Kung-Fu depuis tout petit. Et qu'il sait très bien s'en servir (sans oublier les coups d wok *hem*). Et ces sourires qu'il affiche constamment semblent l'éloigner de vous. Chine, c'est un peu comme quelqu'un qui vous accueille volontiers mais uniquement sur le seuil de la porte. Il fait tout pour être agréable, mais un mur peut s'ériger entre lui et vous. Enfin, seulement avec ceux qu'il ne connaît pas assez mais c'est quelqu'un prêt à faire des efforts pour vous connaître (mais là on part dans le caractère mes petits chous). Enfin bref. Tout ça pour dire que Chine n'a pas QUE des caractéristiques féminines. Normal pour un homme quoi ! D'ailleurs, la cicatrice dans le dos, vous savez d'où elle vient ? Non, elle ne vient pas de séances SadoMasochistes bande de pervers ! Elle vient d'une bagarre avec Kiku (qu'il a magnifiquement perdu, je le conçois).

D'ailleurs en parlant des petites caractéristiques physique de Chine... Probable que vous ne voyez jamais ceci mais... Sachez qu'il a petite tâche en forme de panda sur l'une de ses fesses (mais je me souviens plus laquelle xD). Et si un jour vous la voyez... Ne faites JAMAIS de commentaire dessus. JAMAIS, c'est bien compris ? Comme dit plus haut, il a une grande cicatrice tout le long du dos. Sinon, côté vestimentaire il raffoles des petites culottes Hello Kitty il porte essentiellement des vêtements de couleur rouge, voir jaune ou vert car ce sont des couleurs porteuses de bonne augure chez lui. Il aime aussi énormément ses vêtements traditionnels, c'est à dire un qipao qui ne couvre que l'essentiel une longue tunique et un pantalon. Bon, par contre, en cours, il porte sagement l'uniforme comme il faut car c'est un élève bien sage. Bon et pour ceux que ça intéresse, il porte des caleçons panda. Pas tout le temps mais souvent.

Quant au Nyotalia, c'est à peu près la même chose. La coiffure change et remplace la queue de cheval sur le côté par deux macarons. Il devient plus féminin et possède un semblant de poitrine. Je vois pas l'intérêt de la décrire, c'est la même en plus petite en plus fille quoi (bien que je l'accorde, Chine ressemble DEJA à une fille). Ha oui, elle porte des vêtements plus féminins, genre jupes mais le style reste sensiblement le même et les vêtements restent colorés. Ca change rien donc.... Xx
Description psychologique :
-Qui es-tu ?

Je suis Asiatique. Ainsi, je fais tout pour que ma compagnie soit agréable pour les autres. En général, je reste calme, souriant, très poli (selon les politesses chinoises que ne sont pas les mêmes que celles des autres) et surtout très soigneux. Je suis aussi quelqu'un de respectueux, comme mes frères asiatiques. Très respectueux même. C'est l'une de nos valeur les plus importantes. Ce respect peut parfois ressembler à de l'hypocrisie pour certains. En effet, chez moi, cela consiste à ne pas gêner les autres. J'évite de pointer du doigt les erreurs, je ne dis rien et je laisse passer. Comme si de rien était. Comme si je n'avais rien vu. C'est simplement pour ne pas mettre les autres en difficulté. Certains vont croire que cela ne me dérange pas, non, c'est faux. C'est juste que j'essaie de faire attention aux autres. C'est du respect, rien de plus. Ce n'est pas que vous avez quelque chose de spécial, c'est simplement que je respecte mes valeurs et mes principes. Je suis aussi quelqu'un de patient. Je regarde, j'attend calmement. J'attend que ça passe. Ceci dit, comme tous, j'ai mes limites et mieux vaut ne pas les dépasser. Ce n'est pas parce que j'évite de faire des remarques que je ne souffre pas ou que je ne suis pas mal à l'aise. Je dis rien, mais je retient. J'encaisse jusqu'au jour où le vase déborde. Cela peut probablement en choquer certains, mais ce sont des différences culturelles, on y peut rien. Je suis aussi assez maniaque sur la propreté comme beaucoup d'asiatiques. Et sur tout les domaines, c'est à dire que par exemple, je ne dis jamais de grossièretés, je trouve que c'est très désagréable à entendre.

-Certes, tu es asiatique, mais des asiatiques, il y en a beaucoup d'autres, comme tes frères et soeurs.

Je suis Chine. Contrairement à mes frères et soeurs, je n'aime pas beaucoup les européens. Pourquoi ? Parce qu'ils m'ont tout pris. Avant, je vivais avec mes frères et soeurs. C'est moi qui m'en suis occupé, qui les ai élevé. Et les européens sont arrivés. Ils me les ont pris. Ils me les ont arraché. Ils ont pris ma place. Ils ont balayé tout ce que j'avais installé. Mais qu'importe, je préfère ne pas m'attarder là-dessus. Une chose à savoir chez moi, c'est que je suis très attaché à mes valeurs, mes principes et mes origines. Ils sont très importants pour moi et m'ont guidé tout le long de ma vie. Mes coutumes, mes traditions, ma religion, mes valeurs... Sans tout cela, je ne serais pas celui que je suis aujourd'hui. C'est ma lumière et celle de mon peuple. Elle est toujours restée avec moi et m'a permis de tenir jusqu'à aujourd'hui. Beaucoup trouvent cela stupides, sans intérêt, ne comprennent pas toute l'importance que je peux y attacher. Je ne peux pas m'en passer, je fais presque tout en fonction de cette "lumière", mais sans elle, je serais genoux à terre, ma fierté au coin de ma poche. Alors, je lui suis redevable. Elle est une partie de mes origines et de mon histoire. Comment pourrais-je la rejeter ? Comment pourrais-je abandonner tout ce qui a fait de moi celui que je suis aujourd'hui ? Je ne dois jamais l'oublier car c'est tout cela qui me permettra de me relever quoi qu'il arrive. Avec mes valeurs je pourrais même de supporter la pire des humiliations et grandir. Même si un jour je dois ramper entre les jambes des plus grands comme Han Xin entre les jambes de la brute pour m'en sortir, je me relèverais. Je me relèverais et attendrais le jour où je serais plus fort. Une autre chose importante moi, c'est ma famille et mes amis. Ils sont toujours là pour m'aider à tenir. Enfin, ils l'étaient. Mais qu'importe, pour moi, ils sont toujours aussi importants. Je suis aussi quelqu'un de sage, essayant de donner les meilleurs conseils possibles aux autres. J'essaie de les guider de mon mieux et de rester maître de moi. Vous savez ce que l'on considère comme la sagesse suprême ? La maîtrise de soi parfaite ? Quelqu'un capable de cacher ses pires souffrances derrière un rire ou un sourire. Le proverbe chinois "On ne rit jamais si fort, si longtemps et si haut, que lorsqu'on veut cacher sa douleur." résume bien cet idéal. Oui, rire pour ne pas pleurer. Rire pour faire croire que tout va bien. Rire pour cacher notre douleur. Rire pour ne pas inquiéter les autres. Rire pour ne pas finir à terre. Rire pour cacher nos faiblesses. C'est la preuve de la sagesse suprême. Un idéal qui peut surprendre mais que j'aimerais atteindre un jour. Je fais de mon mieux, mais je n'y arrive pas.

-Oui, tu es chinois, mais, toi, qui es-tu ? Tout au fond de toi, qui es-tu ? Tu n'es pas un simple peuple ni un continent, tu es aussi humain non ?

Une nation est composée d'humains, donc, je suppose que je dois être humain moi aussi. Ca doit être pour me permettre de me mettre à la place de mon peuple. Alors... Tout d'abord... J'aime. J'aime mon peuple et ma famille sans limite. J'aime mes origines et mes traditions. J'aime tout ce qui a construit mon pays. J'aime les autres dans le fond. Je n'aime pas les voir se disputer. Je n'aime pas les voir souffrir alors j'essaie de les aider, toujours. Comme le ferait un grand frère. On me dit souvent que je suis un peu trop paternel. J'essaie de m'occuper de tout le monde, mais j'ai souvent tendance à en faire trop. Je deviens parfois insupportable pour certain. Mais c'est que j'aimerais tellement qu'on me considère comme un grand frère, comme quelqu'un capable d'aider les autres, quels qu'ils soient. Parce qu'un sage se doit d'aider les autres sans distinction et du mieux qu'il peut. Seulement, ces conseils, je n'ai que rarement pu tester leur efficacité, je parle d'expérience que je n'ai jamais vécue et quand il s'agit de moi, je n'applique pas forcément les conseils en question. Et en plus, je suis têtu, beaucoup trop têtu, on me fait difficilement changer d'avis. Je refuse d'écouter les conseils des autres, n'écoutant que moi-même. Puis après, je finis par m'apercevoir qu'ils avaient raison. J'ai aussi tendance à tout ramener à moi. "Moi je", "Moi je sais", "Moi je connais", "D'après mon expérience". Vous voyez ? Je ne pense qu'à moi, je ne parle que de moi. En gros, je suis assez égocentrique. Je ne pense que par moi, ne voit les choses que par moi quasiment. Et pourtant, je fais de mon mieux pour aider les autres. Ironique n'est ce pas ? Je ne sais pas pourquoi... Je fais attention aux autres et pourtant, je pense énormément à moi. Ce doit être pour ça que souvent, les gens ne supportent pas ma présence. Je peux être lourd des fois... Sinon, je suis quelqu'un de globalement heureux. Heureux d'être là. Heureux d'être en vie. Heureux de voir les autres. Heureux tout simplement. Je suis aussi quelqu'un de très vivant, très expressif, même si j'essaie de les cacher comme je peux derrière un sourire, elles ressortent tout de même malgré moi. Je n'y peux rien, mes émotions ressortent, que ce soit par un grand sourire, un petit rire, mes joues qui rougissent ou tout simplement des larmes le long des mes joues. Je suis travailleur, je fais toujours de mon mieux pour m'améliorer. Je fais toujours beaucoup d'efforts, même si ça ne paie pas toujours. C'est pour compenser mon manque d'intelligence. En effet, je ne suis pas particulièrement intelligent. Je fais de mon mieux, mais ça ne paie pas toujours. En plus, j'ai pour habitude d'ajouter "aru" à la fin de mes phrases ce qui souligne ma stupidité. Que voulez-vous, on y peut rien. Je suis aussi quelqu'un de très honnête et de très direct, parfois un peu trop. Je déteste mentir. Oui, parfois, la vérité est blessante, mais le mensonge l'est encore plus. La vérité finit toujours par éclater. Et à ce moment-là, en plus d'être blessé par la vérité on est en plus blessé par un sentiment de trahison et d'humiliation. Alors je préfère être honnête. En plus, l'honnêteté est une forme de respect je pense. Mais ça, ce n'est que mon avis. Pour moi, la vérité est plus importante que tout et j'ai du mal à comprendre comment on peut mentir. Ce qui me rend un peu naïf. J'ai tendance à croire ce que l'on me dit du moment que je ne considère pas mon interlocuteur comme menteur. Je suppose que je ne pourrais rien y changer. Je suis aussi quelqu'un de fidèle. Un peu comme un chien si on veut. J'avoue, la comparaison est peu flatteuse mais tellement réaliste. Je suis prêt à suivre n'importe qui, du moment que cette personne sait s'y prendre avec moi. Je serais prêt à faire presque tout pour cette personne. Je suis aussi quelqu'un qui pardonne facilement. Quand on aime on pardonne. Je pardonne pour ne pas être seul. Même si ce n'est pas suffisant et que je le suis déjà. Je suis prêt à pardonner n'importe quoi, du moment que j'aime la personne. Parce que j'ai peur de la perdre, je laisse tout passer. Sinon, une autre de mes mauvaises habitudes... J'aime bien copier les autres. Je pense que c'est une bonne chose car elle permet de comprendre les autres, leurs habitudes, mais beaucoup le prennent mal et m'accusent de "plagia". J'essaie simplement de comprendre, de progresser, de m'améliorer. Je suis aussi quelqu'un d'assez jaloux en fait. Si j'en veux à Angleterre, c'est aussi parce que j'ai l'impression que mes frères m'ont abandonné pour lui. Vous voyez ? Mais ce n'est pas la caractéristique la plus important chez moi. Ha ! Et j'ai aussi tendance à penser comme un vieux. Je suis très attaché au passé. Je le regarde sans arrêts. Et j'ai beaucoup de mal à comprendre les mentalités d'aujourd'hui. Je ne comprend pas pourquoi on veut abandonner les vieilles traditions ? Elle sont si importantes ! Sinon, il faut aussi savoir que la cuisine est quelque chose de très important pour moi. C'est une partie importante de ma vie. Jamais je ne raterais un repas. Sauf cas exceptionnel, et là, il faut se faire du soucis. Et pour finir, je dirais que j'aime énormément les choses mignonnes comme les peluches, les pandas, Hello Kitty et que j'aime aussi tout ce qui touche au travail d'une femme au foyer. Mon rêve, ce serait d'épouser quelqu'un et de fonder une jolie petite famille. Je pense qu'au final, on peut simplement dire que je suis Wang Yao. Il n'y a pas besoin de chercher plus loin.

Histoire du Pays/Région/Ville :
C'est bien connu, j'aime les histoires, les contes, les légendes. Mais ce que j'aime par dessous tout, c'est les raconter. Cette fois, ce n'est pas une fiction que je vais vous décrire, mais mon histoire. Celle d'un d'un pays qui a traversé le temps. Celle d'un peuple qui s'est battu pour se construire et se reconstruire malgré tout ce qui a put nous arriver.

Je ne sais plus qand je suis né exactement. Ce que je peux vous dire c'est que beaucoup disent que ma naissance remonte à il y a 4 000, lors de la fondation de la dynastie des Xia. Mais les hommes vivaient déjà sur mes terres. J'existais déjà avant. Mon histoire commence il y a très longtemps, avant la naissance de nombreuses nations, j'ai d'ailleurs connu les empires les plus puissants, je les ai vu disparaître, je les ai vu jouer avec le fe, j'ai vu leur envie de puissance, leur soif de pouvoir. La folie des grandeurs, l'envie de grimper sans prendre le temps de fonder les bases. Mais passons, là, c'est mon histoire que je vais vous raconter.

Ainsi, il y a très lontemps, j'étais seul, au milieu de bambous et de pandas. J'attendais. Je ne sais pas ce que j'attendais, mais j'attendais. J'étais là, assis lorsque des hommes sont arrivés et ont décidé que je serais leur pays. Ils ne m'avaient pas vraiment donné de nom. J'étais juste Wang Yao et j'étais leur pays. Pourtant, les hommes vivaient sur mes terres depuis longtemps déjà. J'étais très avancé par rapport aux autres à cette époque. Je savais déjà écrire et avec mes efforts, j'avançais. Je travaillais et vivais à peu près tranquillement, malgré les nombreux changements de dynastie. C'était une période tranquille.

-Désormais, nous t'appellerons Chine. (221 - 206 avant notre ère)

J'étais sous le règne de la dynastie Qin et ce nom a été déformé pour donner Chine - China en occident. Je sais qu'ils ne sont pas restés longtemps au pouvoir, mais il ont à jamais gravé mon coeur grâce à leurs actions. Je ne peux pas les oublier, ils sont trop importants pour moi. Je me souviens... Avant, mon territoire était divisé en plusieurs morceaux, mais les Qin l'ont unifié. Bien que cela n'ai pas duré. Ils m'avaient aussi fait construire un grand mur "La Grande Muraille" pour me protéger. Ils unifièrent tout, c'est à dire qu'ils voulaient que j'utilise toujours la même monnaie, les mêmes mesures... Vous voyez ? C'est beaucoup de travail. Surtout pour moi. Ils me faisaient travailler sans arrêts, j'étais épuisé. De plus, ils n'étaient pas très gentil avec moi. Ils me faisaient du mal alors, je me révoltai contre ce régime que nous appelons maintenant un régime autoritaire. Ceci dit, je dois l'avouer, ils ont fait beaucoup pour moi et ont laissé des traces importantes. Je leur dois beaucoup comme l'uniformisation de la monnaie, des mesures, des poids et des caractères d'écriture. C'est pour cela qu'elle est la plus importante. D'autres dynasties lui ont succédé comme celle des Han, celle des Sui, celle des Song mais je préfère passer rapidement dessus. Elles ont simplement mis en place une grande partie de ce que je suis aujourd'hui. Seulement, elles sont beaucoup trop nombreuses pour que je puisse parler de toutes ces dynasties.

-Bonjour Chine. Désormais, tu vas vivre avec moi. (1234 à 1368)

Je sais, c'est un sacré bond dans le temps. Même si il s'est passé de nombreuses choses, elles n'ont pas eu un impact notable puis la joueuse ne pouvait pas faire toutes les dynasties Xx C'est trop long. Ainsi, je passe au moment où Mongolie est arrivé chez moi. Ce n'est pas une période de joie, au contraire. Laissez-moi vous expliquer. Mongolie arriva chez moi avec ses troupes. Ils détruisirent les dynasties en place, et c'est dans le sang que je retrouvais mon peuple, mes enfants. Et je ne pouvais rien faire. Mongolie me tenait entre ses mains, il m'écrasait, me mit à genoux. Je ne pouvais que contempler ce massacre, cette guerre sanglante entre nos deux peuples. Ils mirent en place leur dynastie, la dynastie de Yuan et dès lors, Mongolie me dominait totalement. J'étais à ses pieds et je ne faisais rien. Je le laissais faire. De toute manière, je ne pouvais rien faire. Il m'avait écrasé. Cependant, j'eus le droit à une période de paix ainsi qu'une bonne partie de l'Asie. C'était la Pax Mongolica et cela permit à certains Occidentaux comme un certain Marco Polo de venir me voir et de raconter des tas de choses sur moi. Ceci dit, une partie de moi n'était pas tout à fait d'accord avec cette dynastie et c'est en 1294 que je commençai à m'opposer à Mongolie. Je ne voulais pas qu'un étranger gouverne ma nation. Je ne supportais plus le manque de liberté. Il m'interdisait de m'exprimer.

-Va t'en aru. Je ne veux pas de toi ici aru. Ici, c'est la Chine aru ! (1368 - 1644)

Je ne supportais plus cet étranger chez moi. Alors une nouvelle dynastie se mit en place, la dynastie des Ming (issue d'un révolte paysanne, donc ses fondateurs sont des paysans) qui chassa Mongolie de Pékin en 1368. Ce fut une période bénéfique pour moi. En effet, je m'intéressai plus aux arts et à la porcelaine qu'avant. Je faisais de mon mieux, je m'impliquais dedans. Après, que faire de toute ce que j'avais fait ? Alors, je me mis au commerce. Puisque j'avais plein de choses, autant en faire profiter les autres et surtout, autant que ça me soit bénéfique. Je fis du commerce dans l'océan indien et avec l'Afrique. J'avais aussi beaucoup de bateaux et une grande armée. Bref, j'étais le plus avancé au monde. J'étais puissant. Ceci dit, ça n'a pas duré.

-Alors, où est donc passé le puissant Chine qu'on m'avait décrit ? L'opium aurait-il eu de mauvais effets sur toi ? (1840 - 1842)

Cela faisait longtemps déjà que je faisais du commerce avec Angleterre. Notamment, le fameux commerce de l'opium. Ce fut une belle erreur de ma part. Cette drogue m'a complètement ravagé et a permis à Angleterre de prendre le dessus. J'ai tout fait pour arrêter, et notamment, en 1839, je ferme le port de Canton, l'endroit par lequel passait la majorité de l'opium, à Angleterre. En 1940, il vint finalement à Canton et la guerre éclata. Il me mit rapidement à terre. L'opium aurait-il eut des effets néfastes sur moi ? Je ne sais pas. Quoi qu'il en soit, je perdis assez facilement. Et surtout, je dus lui céder Hong Kong, mon petit frère. Et de un de perdu.

-Ca fait un petit moment... J'espère que tu es content de me revoir. (1856 - 1860)

Après avoir perdu une fois contre Angleterre, il a décidé de revenir. Ce que je lui avais donné ne lui avait pas suffit. Il voulait recommencer à vendre de l'opium. Cette drogue que j'avais interdite dans mon pays. Il voulait faire plus de commerce avec moi. Lui, mais aussi France et USA. Je refusai. Alors, ils décidèrent que seule la guerre pouvait me faire changer d'avis. Ils attendaient le moment où ils pourraient déclencher la guerre. C'est en 1856 que cette occasion se présenta. Un incident avec l'uns de mes bateaux (l'incident de l'Arrow). Il me demanda ensuite la protection de ses bateaux, je refusai. L'année d'après, il décida finalement de contre attaquer. Je le laissai faire au début, puis je finis par me défendre. Mais Angleterre était bien décidé à obtenir réparation après l'incident de 1856. Alors, il demanda de l'aide à France, USA et Russie. Tous étaient contre moi. Ils me proposèrent un traité en 1858 (Traité de Tianjin), mais je ne pouvais accepter une telle chose, comme, notamment, laisser USA, France, Angleterre et Russie établir leur mission diplomatiques à Pékin, la cité interdite. Mais ils me mirent à genoux, m'appuyaient la tête contre le sol et je finis par craque. En 1860, j'acceptai ce traité qui concluait une partie de notre dispute. Puis je du en accepter encore un autre encore (traité de Beijing) où je dû leur laissez des privilèges supplémentaires comme laisser mes enfants aller travailler en terres étrangères.

-Chine, que dirais-tu de revoir nos frontière et de me confier une partie de ton territoire ? De toute manière, tu n'as pas vraiment le choix, da ? (1858, pendant la guerre de l'opium)

Evidemment, si Russie avait accepté de faire équipe avec France, Angleterre et USA, c'était bien parce qu'il espérait quelques avantages. Ainsi, les frontières qu'on avait établit plusieurs années auparavant ne lui convenaient plus. Il voulait plus. Il voulait grandir, encore et encore. Alors, il profita de ma faiblesse, de sa puissance, de ses alliés et il voulut "revoir nos frontières", agrandir son territoire (Traité d'Aigun). Mais pire encore, je dû lui laisser les mêmes privilèges qu'aux autres (je ne les ai pas mis, mais je peux les ajouter si nécessaire Xx) et reconnaître leur annexion territoriale.

-Désolé Yao. (1894 - 1895)

Ce fut les dernières paroles de Japon avant notre dispute. Avant notre séparation. Il ne voulait plus de moi. Il s'était approché. Il leva son arme et l'abaissa d'un coup sur mon dos. J'avais accumulé beaucoup de retard pendant que lui grandissait, gagnait en puissance. J'ai essayé de me défendre, sans succès. Je dus alors lui donner ma soeur Taiwan et Corée devint une de ses colonies. Trois frères d'un seul coup. Il ne me restait plus grand monde. Je n'avais plus que mon brillant passé et mes larmes pour me tenir compagnie.

-Je veux changer aru. (1912)

Je ne voulais plus de l'empire, des dynasties, je voulais voir autre chose. Je fis une révolution en 1911 et c'est en 1912 que je déclarai ma toute première république, "La République de Chine". Mais seulement, ce fut difficile, je connus une période difficile, trouble. C'était tous mes repères que je changeais. Il y eu de nombreux problèmes, puis après, le retour de Japon n'arrangea rien.

-Je suis de retour. (1931 - 1945)

Il était revenu. Après m'avoir attaqué par derrière, après m'avoir fait tout ce mal, il revenait, remuer le couteau dans la plaie encore ouverte. Il revenait, son katana sortit du fourreau, pointé vers mon visage. Cette fois-ci, j'avais perdu toute confiance en lui, je saisis mon arme et tentai de résister. Notre lutte dura huit ans. (oui, il ne faut pas oublier que nous sommes des petits vieux, donc on va au ralentis) Mais j'étais affaiblit et là encore, il me mit à terre. Je dus alors demander de l'aide.

-Bienvenu parmi nous Chine.

C'était décidé, j'allais faire équipe avec France, Angleterre, USA et Russie (les Alliés). Oui, ils m'avaient fait du mal, mais je n'avais pas le choix. Où j'étais seul où j'allais avec eux. Pour le bien de mon peuple, je devais m'allier à eux. Même si après, beaucoup ont oublié mon rôle à ce moment. Ce que j'ai fait ? J'ai empêché Japon de s'attaquer à Russie. Je l'ai empêcher d'aller apporter de l'aide à Allemagne. Il pensait se débarrasser de moi en trois mois, mais je résistais, comme je l'avais déjà fait pendant huit ans. Finalement, les alliés remportèrent la victoire, mais ma bataille avec Japon dura encore trois mois après la fin de la guerre, mais il finit par capituler.

-Merci Mao aru. (1949)

C'est avec l'aide de Mao Zedong que je fondai une nouvelle République, "La République Populaire de Chine". Il m'avait libéré, il m'avait aidé. Cet homme était bon. C'est ce que je pensais sur le moment.

-Mao, j'ai mal aru. (1958 - 1962)

Le "Grand Bond en Avant"... J'étais censé aller mieux. J'étais censé devenir plus riche, je devait devenir plus productif. Ce devait être bénéfique pour moi. Mensonge ? Erreur ? Je ne sais pas. Mais je mourrais de faim. Mes terres étaient dévastées, j'avais mal, mes enfants mourraient par millions (environ 30 millions de chinois sont morts de la famine durant cette période). Je souffrais. Je pleurais. Je criais. Et lui ne m'entendait pas, il s'entêtait dans son projet. Une catastrophe. Le projet de Mao était une catastrophe qui m'a dévasté. Il voulait m'aider mais ne m'a fait que du mal. Il rêvait. Il n'avait pas les pieds sur terre. La folie des grandeurs peut être. Quoi qu'il en soit, j'avais mal.

-Mao, pourquoi as-tu fait ça aru ? Pourquoi m'as-tu encouragé à mettre mes terres à feu et mes enfants à sang aru ? (1966 - 1976)

Je pensais que l'erreur était possible. Je pensais pouvoir le pardoner. Alors, je lui avais fait confiance, encore une fois. Je n'aurais pas du. Je l'avais suivi, naïf, pensant aider mes enfants. La "Révolution Culturelle"... Tout changer. Tout détruire pour se reconstruire. Je l'avais cru. J'avais cru que je pouvais avance, que mes enfants me seraient reconnaissant. Je devais supprimer les "quatre vieilleries" (vieilles idées, vieille culture, vieilles coutumes, vieilles habitudes), essayer de me mettre au niveau des jeunes. Renoncer à tout ce qui avait construit mon peuple. J'y ai cru, vraiment. Je gardais précieusement avec moi "le petit livre rouge" qui devait me guider tout le long. C'est lui qui me fit brûler mes origines, tout ce qui m'avait guidé jusqu'ici, à l'aide de mes enfants. Puis, je me rendis compte de mon erreur. Un jour, alors que tout était en feu chez moi. Je regardais brûler l'une de mes statues préférées et je compris. Je compris notre erreur. Le mal qu'avait fait Mao. Je savais que je devais arrêter ça. Je pris alors mes armes. J'allais tuer, assassiner mes propres enfants. J'allais faire couler le sang de mon peuple, de ceux qui m'étaient chers. J'allais me retourner contre ceux qui avaient cru, comme moi, aux paroles de Mao. A ceux qui avaient encore l'espoir d'un avenir meilleur avec la destruction. A ceux qui rêvaient d'un avenir meilleur pour moi. J'allais faire couler leur sang alors qu'ils ne pensaient qu'à mon bien. Mais je n'avais pas le choix. J'étais allé trop loin. J'avais tout détruit, il ne me restait plus rien. Je devais sauver le peu qu'il restait avant qu'il ne soit trop tard. Mao mourut en 1976 et je pus arrêter le massacre de mes enfants.

Après cela, c'est une période difficile qui se suivit. On avait tout perdu. Avec mon peuple, nous devions tout reconstruire. Heureusement, mes enfants étaient forts et m'ont toujours soutenu, même lorsque je commettais les pires erreurs. Et nous nous sommes reconstruits petit à petit. Difficilement. Mais nous avons réussi. Mes enfants ont de la volonté et pensent à mon avenir. C'est grâce à eux que je suis là aujourd'hui et je leur suis reconnaissant. C'est pour ça que je pense que l'histoire est importante. Elle sert à penser à tout ceux qui se sont battus, pliés en quatre pour nous. Pour que nous puissions connaître un meilleur avenir que le leur. Alors, il ne faut pas les oublier.




Test De Rp !

”Cernez-Vous Bien Votre Personnage ?”

Test rp :
La vie quotidienne de Chine

Aujourd'hui, c'est l'été. Aujourd'hui la maison est vide. C'est normal, les enfants sont grands maintenant. Ils ont quitté la maison. Douloureusement. Aujourd'hui, les peluches en tout genre qui s'empilent comblent les espaces vides laissés par leur absence. C'est bien une peluche parce qu'elle ne tripote pas. Elle ne fait pas de mal. Elle est là à attendre qu'on la prenne dans les bras, silencieusement. C'est doux une peluche et ça ne bouge pas. Donc elle ne peut jamais partir. S'éloigner loin d'ici. Une peluche, ça se cache facilement dans des endroits que personne ne peut trouver. Une peluche c'est beaucoup mieux. On est jamais malheureux avec une peluche.

Sur cette pensée, le chinois soupire. Il se dit qu'il devrait enlever la poussière. A quoi bon finalement ? Il n'y a que lui ici. Parce q'une maison propre c'est plus agréable ? Mais à quoi ça sert quand il n'y a personne ? Qu'importe. Il se lève et prend son balais. Il fait la poussière au sol. Puis les étagères. Il nettoie tout convenablement. Il frotte longuement les vitres. Ca lui remplit la matinée. Tant mieux, l'après midi il aura la vaisselle et le linge à faire. Puis il y a ce petit bout de jardin dehors dont il faut s'occuper. Avec leurs arbres à eux. Ceux qu'il a planté il y a longtemps de ça pour leur arrivée. Ils sont bien grands ces arbres maintenant. Et au printemps, la floraison est magnifique. Yao se dit qu'il commence à se faire vieux mine de rien. 4 000 ans déjà. Pourtant, il ne grandit pas bien vite. Tant mieux. L'Empire Romain a grandit trop vite et le résultat n'a pas été beau à voir.

Après la séance de ménage il va à la cuisine. Il prépare un grand bol de riz qu'il termine rapidement. Il repose ses baguettes et va faire la vaisselle. Maintenant qu'il n'y a plus que lui à la maison, c'est finit rapidement. Ca lui laisse plus de temps pour la lessive. Mais comme il est tout seul ça aussi, c'est vite finit. Il peut même prendre le temps de laver soigneusement à la main ses vêtements traditionnels qui supporteraient mal de passer en machine. Après il va dans le jardin. Il arrose soigneusement chaque plante une par une, arrache les mauvaises herbes qui auraient décidé de venir loger ici. Ce sont bien les seules tiens. De toute manière qui voudrait rester aux côtés d'un vieux ? C'est vrai qu'il a de l'énergie à revendre. Mais ses méthodes ancestrales, sa façon de penser vieux jeu. C'est probablement peut supportable pour des jeunes qui ont envie de voir le monde. Pourquoi d'ailleurs ? On est mieux chez soi. C'est moins risqué. Il y a d'autres moyens pour découvrir des choses différentes. Comme les contes, les livres, les peintures ou encore l'imagination. Mais maintenant, ils veulent voir. Avec leurs yeux. Absurde.

Yao soupire. Il a terminé les tâches ménagères. Mais ce n'est que le milieu de l'après midi. Le temps paraît long. C'était plus animé avant. Quand ils étaient tous là et qu'il fallait les surveiller pour éviter qu'ils ne se blessent ou cassent un vase. C'était le bon vieux temps comme on dit. Le temps où les enfants étaient encore comme des peluches, mais des peluches vivantes. L'époque où ils n'auraient jamais fait mal. L'époque où ils ne seraient jamais partis. L'époque où les prendre dans les bras suffisait. Mais les temps changent. Il faut s'y adapter. C'est là un des défauts du chinois. L'adaptation aux temps nouveaux ce n'est pas son point fort. Il raisonne avec un millier d'années de retard. Voir plus. Mais avant c'était plus simple. Maintenant tout va trop vite. Il faut suivre le rythme car de toute façon il continuera sans toi si tu es trop lent.

Maintenant, Chine passe ses après midis à penser. Les contes, les légendes il les a tous lu. Relus. Et encore relus. Il les connaît par coeur. Les écrits de Confucius aussi il les connaît. Toutes les histoires il pourrait les réciter sans hésiter. Seulement maintenant, il n'a plus personne à qui les conter. Alors il s'appuie à la fenêtre. Il pense, il rêve. Il attend le soir. Et le soir, il attend que la lune monte dans le ciel. Il regarde les étoiles alors comme chaque soir. Il les compte, tous les soirs. Mais elles sont nombreuses. Trop nombreuses pour être comptées. Tant mieux, ça fait passer le temps. En regardant son boulier, il remarque qu'hier il en a compté plus de deux cent. Il reprend le compte à zéro. Il n'a jamais atteint le millier. Il ne reste pas suffisamment longtemps debout. Et il n'est pas assez rapide. Les ordinateurs font cela en quelques secondes. Tant pis. Le temps passe moins lentement comme ça. Yao lance un sourire au ciel et aux astres. Puis il ferme la fenêtre. Il se couche dans son lit et s'endort en pensant que le lendemain il irait faire les courses au marché. Ce sera plus agréable. Puis il a envie de porc au caramel. Pour le reste... Demain sera probablement pareil.

Qui Est Derrière L'écran ?

”La Curiosité Est Un Vilain Défaut”


Pseudo : ...Mh ?

Age: 18

Avatar: A tout hasard, Chine. Mais je suis pas sûre.

Ton rang : Il apparaitra sous ton avatar avec le drapeau de ton pays ou de ta région voir même de ta ville si drapeau elle possède

As-tu lu le règlement?: vous mettrez ici la phrase cachée dans le règlement pour nous prouvez que vous l'avez bien lu, petit indice il s'agit d'une citation







Dernière édition par Chine / Yao Wang le Lun 18 Juin - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour Lun 7 Mai - 17:02

Bah bon retour, I guess. :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour Lun 18 Juin - 16:24

    Marry me now. *Kidnappe.*
Revenir en haut Aller en bas
Norge/Aleksander Eriksen
avatar
Régulateur officiel de Danois hyperactif
Régulateur officiel de Danois hyperactif

Messages : 268
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 26
Localisation : en Norvège

ID Card
Nom de votre nation: Norvège, Norway, Kongeriket Norge
Nom Nyotalia: Liv Eriksen
Emblème floral: La bruyère Callune (aussi appelé la Bruyère de l'Europe)

MessageSujet: Re: Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour Lun 18 Juin - 16:30

Je te valide donc petit chinois! >.<

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

Revenir en haut Aller en bas
http://campushetalia.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Dimitri - Nous sommes de retour, pour vous jouer un mauvais tour.
» Je suis de retour. (Pour vous jouer un mauvais tour!)
» Je suis de retour ! Pour vous jouer un mauvais tour ! //BUISSON//
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Sweet Madness :: Administration :: Premiers pas :: Fiches refusées-