Hetalia Sweet Madness
Bienvenue a toi Invité dans ce forum où tu peux faire ce qui te plait, envie d'être France en femme? la section "Nyotalia" est pour toi ^^. Mais avant de pouvoir rp ici as-tu lu le réglement? Et as-tu lu le contexte? Si oui...as-tu déposé Ta fiche de présentation dans la partie fiche d'admission ? Si c'est oui alors amuse toi bien mais si c'est non qu'attend-tu pour le faire? Oh et surtout n'oublie pas d'aller jeter un petit coup d'oeil sur les fiches des personnages prédéfinis!! Amuse toi bien parmi nous Invité!!



 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 Un mot engendre un mot, une étincelle embrase la terre. || Slovaquie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Un mot engendre un mot, une étincelle embrase la terre. || Slovaquie Dim 11 Mar - 2:46

Nakreslite kruh je Zem !


© Maka Albarn de Soul Eater

Nom du pays :Slovaquie, Slovakia, Slovensko

Nom : Horvathova

Prénom : Zuzana

Âge : 19 ans

Date de naissance : 1er janvier (Indépendance de la République slovaque en 1993)

Orientation sexuelle : Non définie

Loisirs : Lire, regarder le sport à la télé, faire du canoë.

Aime :Tchéquie, le café, les soirées à ne rien faire, le hockey sur glace, le canoë, la prune, les voyages.

N’aime pas : Qu'on la confonde avec la Slovénie, qu'on emploie encore le terme "Tchécoslovaquie", la radinerie, qu'on la compare à Tchéquie, les indiscrets.



Som Slovensko !


Relations

Tchéquie : Alors… *tousse* Tchéquie… Non, ôtez-vous cette idée de la tête. Slovaquie n’est pas du tout accro. Que dalle. Elle l’aime bien, certes, elle l’aime bien très beaucoup, mais elle ne le dira pas, plutôt rêver. Elle apprécie la compagnie tchèque autant qu’une bonne tasse de café bien chaud un soir d’hiver. C’est bien, c’est gentil, mais un peu fort. Vu que Zuzana aime le calme et la retenue, c’est pas vraiment compatible avec Tchéquie, et pourtant, c’est bien le seul être vivant à qui elle pardonne les effusions publiques.

Pologne : Qu’il est chiant celui-là… A brailler à longueur de journée et avec ses histoires de rose… Des fois Zuzana aimerait lui coller un gros morceau de chatterton sur la bouche, histoire d’avoir la paix. En plus, il traine trop avec Tchéquie, d’abord. Possessive Slovaquie ? Non. Juste, elle n’aime pas Mon Petit Poney.

Hongrie : Non mais non. C’est juste pas possible de parler d’Hongrie là. Moins elle la voit, mieux elle se porte. La folle à la poêle, c’est tout sauf la pote à Zuzana. Elle la supporte pas, et ça a l’air d’être réciproque.

Autriche : L’est bien poli, l’aristo, et c’est une qualité qu’apprécie la slovaque. Entente cordiale entre les deux pays, rien de bien passionnant à vrai dire.

Ukraine : Un autre pays limitrophe, Slovaquie ne pense absolument rien d’elle, sinon qu’elle est gentille bien qu’un peu pleurnicharde au goût de Zuzana.

Bulgarie : De nombreux conflits dans le passé, entre Zuzana et le bouffeur de yaourts, c'est "bonjour - au revoir", si possible.

Sinon, elle entretient des rapports corrects avec les autres pays d’Europe, et les autres ne savent même pas qu’elle existe de toute façon.







Description Physique


Zuzana ne brille pas par un physique hors du commun. Aucun trait particulier, elle est le genre de femme banale qu’on regarde une fraction de seconde avant de reporter son attention sur son journal. Un air doux sur un visage assez rond, voilà ce qu’on peut retenir de la slovaque au premier regard. Elle possède une peau pâle, à peine tannée par le Soleil, avec peu de grains de beauté et aucune tâche de son.

Elle attache souvent ses cheveux blonds et ternes en deux couettes sur le côté de sa tête, des couettes plates et sans volumes, tant ses cheveux sont fins. Une frange coupée à la va vite vient couvrir son front et obscurcir parfois sa vue, camouflant par la même occasion deux grands yeux d’un vert soutenu. De grands yeux à l’éclat brillant, tranchant avec le reste de sa personne qui reste terne et sans saveur. Des lèvres rosées étirées en un sourire fin, des sourcils blonds, des cils blonds, un menton et des joues tout ronds. En fait, chez Zuzana, tout est rond et pâle, tout simplement.

Souvent perchée sur des talons aiguilles, Zuzana se rajoute entre sept et dix centimètres à chaque fois. Elle n’est pas complexée par son petit mètre soixante, acceptable pour une femme, mais aime allonger ses jambes encore plus. Elle aime ses longues jambes de gazelle, et ne se gêne pas pour les montrer. Une sobre jupe noire et des collants couleur chair, et le tour est joué. Parfois la beauté se fait dans la simplicité, c’est son credo à elle.

Aussi vous ne la verrez jamais avec des couleurs criardes ou des trucs qui sortent de l’ordinaire comme des tatouages et des piercings, ou encore des ailes dans le dos. Oui y’en a qui le font, dans le doute on prévient. Zuzana aime la simplicité et la sobriété. Donc chemise blanche, jupe noire et roule ma poule. Elle passera peu de temps à se maquiller, juste une touche de mascara pour agrandir encore ses yeux, rien de bien folichon. Elle aura toujours l’air propre sur elle, sauf cas de force majeure, parce qu’elle considère ça comme du respect.


L’homologue masculin de Zuzana, nommé Marek, est un grand jeune homme blond, à la coupe courte et en bataille. Les mêmes grands yeux verts éclairent le même visage qui est néanmoins marqué par des traits plus durs, plus masculins, stéréotype de l’homme slave. Pas trop musclé, pas malingre non plus, il a une corpulence correcte, rien de bien particulier. Assez grand, il dépasse d’une bonne dizaine de centimètres sa version féminine. La peau pâle, un teint de poupée, trop efféminé, le slovaque portera des chemises banales et des jeans sombres.




Description Psychologique


Zuzana n’est pas une femme que vous remarquerez de loin. En effet, cette Nation est plutôt discrète et n’aime pas se faire remarquer. Elle n’apprécie pas les effusions d’affection publiques et les cris. Elle prône donc une certaine retenue, tant dans ses paroles que dans ses gestes. Jamais vous ne la verrez danser la macarena sur une table en réunion. A moins qu’elle soit bourrée. Mais la slovaque tient plutôt bien l’alcool et sait s’arrêter quand il faut. Par contre, elle ne se gênera pas pour vous jeter un regard désapprobateur si vous, vous dansez la macarena.

Elle possède une panoplie d’expressions faciales aussi conséquente que celle de Suède, à la différence qu’elle, elle sourit. Zuzana affiche un visage doux et a l’air aimable à longueur de temps, même quand on l’engueule, et ça, ça a le don de vous agacer, cette fille qui semble sereine alors même qu’un couteau pourrait la menacer. Ses sourcils se fronceront néanmoins très vite si vous osez la confondre avec la Slovénie, ou si vous vous risquez à la comparer avec la Tchéquie. La Slovaquie, vis-à-vis de la Tchéquie, c’est un peu comme le Canada face aux Etats-Unis : elle se sent sous-estimée et oubliée. Et elle n’aime pas ça. Elle ne sait pas se vendre et se vanter, et ça finit par l’agacer très vite.

Sérieuse comme pas deux, elle déteste les tire au flanc, les feignasses et les retardataires. Vous écoperez d’un regard noir si jamais vous arrivez en retard ou que vous ne faites pas ce que vous étiez censé faire. Elle prend ça comme un manque de respect et tique vite. Zuzana, malgré son statut de femme, n’est pas de celles qui prônent une égalité entre les sexes, coincée dans ses vieux principes et ayant encore une certaine dépendance affective vis-à-vis de Tchéquie, elle reste au vieil adage selon lequel les hommes sont plus forts que les femmes, même si elle commence à prendre confiance en elle et en la gent féminine.

Zuzana a du mal avec les étrangers, les minorités ethniques ou religieuses. Campée sur sa culture et sa religion, elle a du mal à accepter celles des autres, et, malgré qu’elle n’approuve pas spécialement la violence, elle n’hésitera pas à donner un coup de pied au cul d’un romanichel qui viendrait lui quémander l’asile. La Slovaquie n’est pas réputée pour son ouverture à la diversité culturelle, loin de là. Elle n’en reste pas curieuse d’en savoir plus sur les autres, tant que ceux-ci sont polis et viennent pas empiéter sur la liberté et le travail des slovaques. Son profit d’abord, la diplomatie après. C’est ça le tourisme.

Totalement occidentalisée, la slovaque garde néanmoins une culture forte qu’elle prône dès qu’elle en a l’occasion. La Slovaquie, ça existe, et ce n’est pas seulement le pays où on maltraite les Roms, non mais !

Autre précision : Zuzana adore les prunes, et s’en gavera dès qu’on commencera à oublier qu’elle existe.




Histoire


Années 300-500 : Les premiers Slaves occupent le territoire, en l’an 6 les Romains avaient pris le contrôle du Danube et ses environs, passons donc, ça ne nous intéresse pas. Quoi ? Oui y’a eu des Celtes qui farfouillaient dans le coin, gravaient des cailloux et tout avant que les Romains viennent, mais vous n’allez pas chipoter, hein !

Entre 623 et 658 : La Slovaquie n’est qu’une partie de l’empire de Samo, l’union défensive des tribus Slaves. Et les Slaves, ils sont restés là, bien ancrés comme des plantes en pot. Ensuite, deux principautés slaves sont distinguées sur le territoire slovaque : la Moravie et la Nitra. La christianisation des slaves par les moines irlandais venus de Bavière, genre ça voyage trop les rouquins, commence à cette époque.

En 824 : Mojmir 1er conquiert Nitra et forme le Grand Empire de la Grande Moravie, qui demeura un état vassal de la France orientale, Louis le Germanique profitant des conflits internes pour influencer la politique. Avouez c’est tellement plus facile de contenir des gens qui sont pas d’accord les uns avec les autres !

En 846 : Ratislav monte sur le trône et étend ses territoires à l’Est, poussant les Bulgares bouffeurs de yaourts à s’allier aux Francs pour lui faire face. Le souverain demanda donc l’aide du Pape, histoire que la christianisation ait servi à quelque chose, puis de Byzance après l’absence de réponse de la papauté, vraiment radin, le Nicolas 1er.

En 863 : Cyrille et Méthode, connaissant les dialectes slaves, viennent se pointer, la bouche en cœur, pour finir d’évangéliser, tiens. Le clergé franc attaqua de suite la Grande-Moravie, Byzance répliqua en attaquant la Bulgarie, conflit style domino qui servit à rien puisque la Grande-Moravie resta sous suzeraineté franque.

Au XIe siècle : La Slovaquie d’aujourd’hui n’est rien de plus qu’une possession hongroise, menacée d’une poêle en gros, temporairement occupée par la Pologne, mais temporairement hein, le rose ça va bien cinq minutes, puis par les Ottomans après la chute de Buda en 1541, histoire de compléter le harem ?

Au XVIIIe siècle : Sous l’influence du panslavisme, le nationalisme slovaque nait.

En 1847 : Ľudovít Štúr propose une version codifiée du slovaque, acceptée par catholiques et luthériens (auparavant, les protestants n’utilisaient qu’une version slovaquisée du tchèque, le slovaque proposé par Anton Bernolák au XVIIIe siècle n’étant acceptée que par les catholiques, et si vous n’avez rien compris, c’est normal, moi aussi j’ai eu du mal).

En 1848 : Printemps des Peuples, le nationalisme slovaque continue de se développer, les Slovaques se rangèrent du côté des Autrichiens contre les Hongrois, parce qu’un piano contre une poêle, ça vaut pas, puis y’avait Tchéquie du côté des Autrichiens. On observe la création d’institutions slovaques comme l’association Matica slovenská en 1863, le Musée national slovaque et le Parti national slovaque en 1871, classe hein. Après la création de la Double Monarchie en 1864, confirmant le maintien de la Slovaquie sous contrôle hongrois.

En 1919 : Traité de Saint-Germain-en-Laye qui mit fit à la Seconde Guerre Mondiale. A partir de ce moment-là, la Slovaquie, la Bohême et la Moravie (puis la Ruthénie jusqu’en 1938) ont constitué la Tchécoslovaquie. Et je vous vois venir, c’était pas les oiseaux chantent et on est contents d’être ensembles. C’est de l’artificiel, du surfait, une entente était difficile à trouver entre la Tchéquie, développée, industrialisée et à la population athée et la Slovaquie, restée très rurale et catholique. Les langues proches permettaient la compréhension, c’est tout. L’autonomie slovaque, c’est juste une chimère, si on met au placard les années 1938 et 1939, mais comme ça compte, on les met pas dans ce placard déjà plein à craquer. A ce moment là, un Etat slovaque autonome est proclamé suite aux accords de Munich, sous la pression d’Hitler qui menace de donner la Slovaquie aux Hongrois. Et comme y’en a marre des folles dingues à poêle, on proclame la république slovaque, non mais.

En 1948 : Le « coup de Prague » impose le régime totalitaire à la Tchécoslovaquie, coucou les soviétiques. Et en 1989, c’est la « Révolution de Velours » et adieu l’URSS en 1991. A la suite, l’union entre la Tchéquie et la Slovaquie est dissoute, et c’est l’indépendance des deux. La Slovaquie s’est depuis intégrée dans les institutions internationales, comme l’OTAN et l’Union Européenne depuis 2004, et le pays est élu pour la première fois au Conseil de Sécurité de l’ONU en 2005. Depuis le 1er janvier 2009, la Slovaquie fait partie de la zone euro, alors la crise, ça touche.




Prípitok v našich topánkach!



1er Janvier 1993



La pluie, cette incessante chute d’eau, embrouillant les vitres et sa vue par la même occasion, trempait les rues de Bratislava, ruisselant le long des routes sans discontinuer, et ses cheveux aussi. Collés à son front, ils goutaient dans son dos, encrassant sa chemise, dans une morsure de fraicheur contre sa peau. Elle tremblait. Pas seulement de froid, mais aussi d’appréhension. Cette promenade sous la pluie de janvier n’en était pas vraiment une. C’était plutôt le trajet d’un point A à un point B, qu’elle effectuait en traînant des pieds, salissant ses bottes de cuir bon marché.

La pluie avait empêché que les festivités du Nouvel An se déroulent normalement. Pas de rassemblements dans les rues des grandes villes et des patelins paumés, chacun était resté bien au chaud dans son salon, à regarder le décompte sur leur téléviseur pour les plus fortunés, à compter sur l’horloge pour les autres. Zuzana l’avait passé dans la maison de Tchéquie, à Prague, ce nouvel an. Les deux avaient passé la soirée à se regarder en chien de faïence, n’osant ouvrir la bouche pour déblatérer autre chose que des « passe-moi le sel » et des « quelle heure est-il ? ».

Ca avait été la soirée la plus ennuyeuse de toute sa vie de Nation. La plus ennuyeuse et une des plus difficiles à vivre. Les mots qu’elle aurait voulu dire s’étaient coincés dans sa gorge, en une boule compacte de non-dits qui resteraient à tout jamais enfermés dans la cage de son cœur. Des reproches peut-être, des mots gentils aussi. Des choses qu’elle ne dirait probablement jamais, puisqu’elle en avait loupé l’occasion ce soir-là. Et revenir en arrière n’était pas dans ses habitudes. Alors elle bravait la pluie, sans un regard en arrière. Elle avait préféré marcher, plutôt que de prendre un taxi, dans l’infime espoir que l’averse la laverait de ses péchés et de ses idées noires qui souillaient son esprit. Aujourd’hui, partout, en Slovaquie, c’était jour de fête, mais elle ruminait dans son coin, sans même un sourire pour les enfants qui sautaient dans les flaques d’eau.

Arrivée devant chez elle, Zuzana sorti un trousseau de clefs de sa poche et entreprit d’ouvrir la porte, délaissant ses chaussures sur le paillasson de l’entrée. La maison sentait le renfermé, le genre d’odeur qu’on les maisons qui n’ont pas été ouvertes depuis de longs mois, voire des années. Se frottant les mains, la slovaque alluma le chauffage et s’appliqua aussitôt à changer de chaussettes et de pantalon, préférant la douce caresse de vêtements secs. Elle fit fonctionner la cafetière usée et finit le paquet de café qu’elle avait ramené de chez Tchéquie, se doutant bien que le sien serait impropre à la consommation après tout ce temps passé loin de chez elle.

Zuzana contempla le vide de sa demeure, sa tasse à la main, le dos pressé contre le radiateur qui commençait à chauffer lentement. Elle soupira. Le calme régnait. Elle aimait le calme, mais quelque part, elle s’était habituée à la présence de Tchéquie, et du jour au lendemain, ce n’était plus qu’un silence, pesant, même s’il lui semblait encore entendre les pas de la tchèque derrière elle, ou même un éclat de sa voix, comme le fantôme de son ancienne colocataire. Elle lui semblait être là, tout près, pourtant, elle était seule, c’était bien fini, tout ça, c’était ce qu’on appelait l’indépendance, adieu, la Tchécoslovaquie.




A ja sa za obrazovkou!


Pseudo : PiwiiJuly
Âge : 18 printemps !
Avatar : Maka Albarn de Soul Eater
Ton rang : A réfléchir…
As-tu lu le règlement ? : Validé par PNJ Validatrice Suprême



Dernière édition par Slovensko/Zuzana H. le Lun 19 Mar - 12:55, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un mot engendre un mot, une étincelle embrase la terre. || Slovaquie Dim 11 Mar - 10:56

Bienvenu parmi nous^^. Courage pour la suite de ta fiche ><

Lankou
Revenir en haut Aller en bas
 

Un mot engendre un mot, une étincelle embrase la terre. || Slovaquie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mon coeur s'enflamme et embrase mon être quand ton regard croise le mien //Rhinoutte//
» La haine engendre l'amour. PV Ambry
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.
» La détermination engendre la victoire et le victoire engendre la gloire.
» ❧ EVENT n°13 ♣ Quand l'Angleterre s'embrase.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Sweet Madness :: Administration :: Premiers pas :: Fiches refusées-