Hetalia Sweet Madness
Bienvenue a toi Invité dans ce forum où tu peux faire ce qui te plait, envie d'être France en femme? la section "Nyotalia" est pour toi ^^. Mais avant de pouvoir rp ici as-tu lu le réglement? Et as-tu lu le contexte? Si oui...as-tu déposé Ta fiche de présentation dans la partie fiche d'admission ? Si c'est oui alors amuse toi bien mais si c'est non qu'attend-tu pour le faire? Oh et surtout n'oublie pas d'aller jeter un petit coup d'oeil sur les fiches des personnages prédéfinis!! Amuse toi bien parmi nous Invité!!



 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 Douce France, cher pays de mon enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Douce France, cher pays de mon enfance Dim 10 Juil - 18:57

"Il résultait de ses observations que l'Allemagne est faite pour y voyager, l'Italie pour y séjourner, l'Angleterre pour y penser et la France pour y vivre"
Nom du pays
République Française, France.

Relations :
Les relations entre Francis et les autres pays sont pour le moins aussi compliquées que difficiles à expliquer. Remarquez, il y a-t-il déjà eu des relations que l'on pourrait qualifier de simples entre les nations ?

Si l'on devait commencer par parler d'une seule personne dans la vie de Francis, on commencerait sans doute par Angleterre, les relations entre ces deux là étant sans doute presque aussi vieilles que les pays. Pourtant, ça n'avait pas si mal commencé entre eux, Francis a pris pendant longtemps soin de son « petit frère », mais cela n'a pas duré. Entre eux, les conflits se sont enchaînés, guerre de cent ans, guerre d'indépendance des États-Unis, fin de l'appartenance du Canada à la France, opposition lors de la guerre de sept ans, leurs désaccords ne se comptent même plus. Reconnu comme rival attitré, au final ils se retrouveront bien souvent dans le même camps, même s’il restera toujours entre eux des tensions qui même aujourd'hui ne se trouve pas apaisées, il reste toujours cette « mésentente cordiale » entre eux. Mais il faut le dire, même si Francis ne l’avouera sans doute jamais, pour rien au monde il ne voudrait changer cette relation.

En parlant d'anglophone, on peut dire que le destin de Francis est solidement relié au pays parlant la langue de Shakespeare. Comment parler de France sans parler Matthew et d'Alfred ?

Matthew, le petit frère adoré de Francis, son fils presque, du temps où il formait une «famille » presque heureuse entourée de Arthur et d'Alfred. Mais bien sûr, cela n'a pas duré, le canadien et lui, alors qu'ils étaient tellement liés, se sont retrouvés à n'être que deux pays sans grands liens l'un avec l'autre, à part quelques fragments de France qui persistent au Canada notamment grâce à Québec.

Alfred, lui, c'est différent. Il l'a aidé à gagner son indépendance contre Arthur au début, il l'a vu grandir et devenir une grande puissance, bien plus puissante que lui. Surtout après la Seconde Guerre mondiale, qui, si pour Francis à marqué sa déchéance, en a fait ressortir Alfred comme maître incontestable du monde. Pendant ces années-là, et même encore aujourd'hui, Francis n'a eu de cesse de vouloir se différencier des actions de l'américain, malgré son président actuel. Il n'a jamais vraiment pardonné à l'Américain de ne pas l'avoir aidé plus que ça, lorsque, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, Francis a tenté de reprendre son rang. Bref, pour résumer, ils ne s'aiment pas plus que ça l'un et l'autre, bien que Francis sache qu'il est mieux d'être avec Alfred que contre Alfred.

Parlons un peu des Allemands. Les Germains, les deuxièmes ennemis naturels de Francis. Enfin, il fût un temps où Gilbert et lui étaient amis, et depuis que Ludwig et lui ont perdu la fâcheuse habitude de vouloir gouverner le monde sous le drapeau Allemand et de lui voler l'Alsace ainsi que la Lorraine, Francis entretient de bonnes relations avec eux, en particulier Ludwig. Après tout, l'Europe, c'est un peu leur fille à tous les deux.

Maintenant, voyons avec ses voisins du Sud, les descendants du grand Rome tout comme lui. Avec Espagne, aucun soucis, ils ont toujours été en bons termes l'un avec l'autre, ou presque, à quelques nuances, mais l'on pourrait dire que Antonio reste un de ses plus vieux et plus proches amis.

Pour les frères Italiens, c'est peut être un peu plus compliqué, mais Francis leur porte une très grande affection, surtout pour Feliciano, lequel, pendant un court moment, fût le maître si l'on peut le dire. La belle époque.

Francis entretient des relations plus à l'est avec le, hum, charmant si l'on peut dire, Ivan. Ivan qui fût un des meilleurs alliés et l'un des pires ennemis que Francis ait eu. Il y a eu une époque où pourtant, ils s'entendaient plutôt bien, leurs royaumes étaient assez liés, mais les crises de mégalomanies d'Ivan ont eu raison de leur amitié. Et c'est sans parler de sa période communiste, où pourtant Francis a quand même essayé d'un tant soit peu garder de bonnes relations avec lui.

Puis il y a aussi Seychelles, sa princesse des îles qu'une fois de plus ce jaloux d'Arthur lui a piqué, qu'il aime presque autant que sa fille, même s’il lui arrive de voir en elle la femme qu'elle est devenue et non la petite fille qu'il a élevé. Évoquons aussi Vietnam, avec laquelle il s'est particulièrement mal comporté, autant qu'avec Algérie. On peut le dire, Francis malgré ses grands airs de dragueurs et les bons conseils qu'il distribue à tort et à travers sur les relations, n'est pas très doué quand il s'agit de lui.

Présentez-vous maintenant!;

Nom :
Bonnefoy

Prénom :
Francis

Age :
Physiquement, dans les environs de vingt-six ans.

Date de naissance :
14 Juillet, date symbolique de l'histoire français avec la prise de la Bastille, jour de fête nationale.

Orientation sexuelle ;
Bisexuel, Francis ne s'arrête pas aux sexes de la personne, tant que celle ci est attirante, ce n'est pas une question de genre qui va repousser le français.

Description physique :
" La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme" . [Voltaire]

Francis est charmant, c'est ce que l'on peut dire au premier abord lorsqu'on le voit. Il possède un visage plutôt fin, quoi que viril malgré tout, même si dans ces jeunes années son absence de pilosité laissé croire qu'il aurait pu se trouver être une jeune demoiselle. Ses cheveux lui arrivent aux épaules, et il lui arrive parfois de les coiffer avec un ruban suivant son humeur. Il lui est arrivé de les porter un peu plus long, jusqu'à mi dos. Ses yeux sont d'un bleu assez clair pouvant parfois sembler tirer dans les violets qui contrastent avec les origines latines de Francis.

Ni trop grand avec ses 1mètres 75 ni trop gros, bien proportionné partout et comme il le faut, Francis est de taille moyenne et plutôt svelte, possédant une musculature qui n'est certes pas aussi imposante que celle de Ludwig ; mais qui n'est tout du moins pas inexistante. Il aime d'ailleurs exhiber ce corps dont il est si fier à tort et à travers, même si c'est au grand damne des autres nations. D'ailleurs, le fait de n'avoir pu imposer le retour des jeux Olympiques comme au temps des grecs c'est à dire nu restera une grande tristesse pour lui, enfin. Dans sa jeunesse, il possédait une allure des plus androgyne qui l'a vite abandonné au profit d'un silhouette des plus masculine. Gilbert et Antonio plus jamais même dans la plus belle des robes ne pourront le reprendre pour une fille.


" La mode se démode, le style jamais." [Coco Chanel]

Pour ce qui est des vêtements, la mode, c'est quelques choses que Francis à dans le sang. C'est son domaine et il ne le laissera à personne, ni à Feliciano, ni à Alfred, qui manque de classe et de raffinement. Depuis le XVIIe siècle, il les aura toutes lancées et suivies, et malgré toutes les critiques que son uniforme de la première guerre mondiales aura pu soulever, il en reste très fière. Maintenant, Francis porte le plus souvent des costumes raffinés et élégant, pouvant parfois sembler quelques peu décalés avec son époque. En effet, porter des costumes d'un rose saumon actuellement, cela peut sembler quelques peu étranges. Mais qu'à cela ne tienne, Francis préfère de toute façon ne rien porter du tout.

"Dieu n'a créé les femmes que pour apprivoiser les hommes." [Voltaire]

Tout comme sa version masculine, la version féminine de ce cher France que l'on nommerons Marianne, est tout aussi ravissante que son double. Raffinée et élégante, elle porte toujours avec joie sa cape où elle arbore une fleur de lys, cela ne voulant en rien dire qu'elle regrette sa monarchie d'antan entendons nous, ainsi qu'une longue jupe blanche et sa veste bleu foncé militaire. Enfin ça, c'est sa tenue officielle, une fois sortie des réunions, elle se permet de porter toutes les tenues qu'elles veut, dénuder le plus souvent, mais toujours classe sans tomber dans le dégradant, au contraire de la très charmante Amérique. Ses cheveux sont châtain clair et elle aime les porter en chignon, ne les défaisant que très rarement. Un des petits plaisirs frivoles de Marianne est de porter de somptueux sous vêtements mettant en valeur son agréable tour de poitrine et ses hanches bien marqué. Si elle le voulait, elle pourrait sans aucun problème aller se joindre aux danseuse du Moulin rouge où elle aime parfois aller se promener.

Description psychologique :

"L’Angleterre est un empire, l'Allemagne un pays, la France est une personne." [Jules Michelet]

Francis est loin d'être parfait, même s’il aime se dire le contraire.
Il faut bien lui reconnaître quelques défauts, comme celui de se montrer parfois assez lâche avec une certaine faculté à remettre toutes ses défaites sur le dos de Dieu ou de n'importe qui d'autre dès qu'il en a la possibilité.
C'est aussi un pervers et un dragueur notoire, il faut bien le reconnaître, bien que celui-ci ne reconnaisse pas cela comme un défaut. Pour lui, il est simplement le pays de l’amour et c'est son devoir d'aimer chaque personne, pays ou humain, et de pouvoir les chérir.
Ce n'est donc à son goût aucunement un défaut, même si les autres nations ne sont pas vraiment d'accord avec cela.

Mais il serait tout simplement impossible de résumer Francis à juste cela, un lâche pervers.

Il est aussi une personne raffinée, agréable et cultivée dont la conversation est toujours très intéressante, sauf lorsqu'il a un peu abusé du bon vin.

Il sait être un hôte des plus agréables avec ses convives, ce qui fait d'ailleurs de lui, et de sa magnifique capitale surtout, l'une des premières destinations touristique mondiales.

Francis est un homme sachant faire preuve d'une grande gentillesse et de douceur, notamment avec Matthew qui est l'un des seuls à ne jamais l’oublier, ainsi qu'avec ceux et celles qu'il considère comme ses petits frères et sœurs.
Il est intelligent, même si des fois il peut laisser paraître le contraire mais ce n'est pas de sa faute après si parfois il fait quelques erreurs, surtout au niveau stratégique, c'est de la faute de ses généraux, voyons !

Il est quelques peu sûr de lui et fier de ce qu'il est, il défend avec acharnement la francophonie et la culture francophone. Francis ne va voir que des films français, écoute de la musique française, dont Edith Piaf qu'il aime particulièrement mais aussi de plus jeunes artistes, et il parle avec un plaisir non caché le français pendant les réunions mondiales, il ne va pas laisser la mondialisation et l'anglais l'effacer !

Un peu provocateur sur les bords, voire même parfois bagarreur, il s'amuse comme un fou à provoquer son très cher anglais qui part au quart de tour pour n'importe quel sujet, et il contredit volontairement l'américain qui se pense le maître du monde.

Cependant, Francis reste une personne qui quoi que l'on puisse penser reste relativement sensible, nostalgique et mélancolique en dessous des sourires et de ses grands air de séducteur, qui comme chaque nations à reçu des blessures au travers des siècles qui ne s’effaceront jamais.

Histoire du pays/région/ville;
''Il y a les peuples grands par le nombre de leurs habitants comme les Chinois, les peuples grands par les moyens techniques de leur armée comme les Américains, les peuples grands par leur culture et leur histoire comme les Français.'' [Ahmadou Kourouma]

L'Histoire de Francis était longue, très longue, n’est pas des plus simples à raconter, peuplée de multiples guerres, alliances, trahisons, révolutions. Cependant, il aimait à se la remémorer, se souvenir de chacune des dates qui l'avait formé et transformé, chaque fait qui l'avait imprégné et qui l'avait fait devenir ce qu'il était aujourd'hui, la République Française, membre créateur de l'Union Européenne, siégeant au conseil de l'Organisation des Nations Unis. Mais avant tout cela, de longs siècles se sont enchaînés. Commençons pas le début, les prémices de la ''France'' qui n'existait pas encore à cette époque.
La première personne dont Francis se souvient avoir fait la connaissance alors qu'il n'était qu'une toute jeune nation fût Celte, dont il tient quelques traits, en effet, c'est lui qui lui a apporté le fer, et c'est en s'installant sur son territoire qu'il est devenu pour Francis, Gaule, son ancêtre le plus proche, son père presque. Francis n'a que peu de souvenir de ce temps là où il vivait avec lui en paix, et de toute manière, cela n'a pas duré, Gaule est devenu bien vite conquise, en moins 52 Vercingétorix est battu, et c'est le début de la cohabitation de France avec Rome, pour qui il devient un petit fils au même titre qu'Italie ou encore Espagne. La Gaule se transforme, c'est l'apparition des nouveaux chrétiens et l'on entre dans une nouvelle ère.

Dans la période qui suit, Francis fera la connaissance des populations germaines, ces charmants barbares qui resteront très longtemps dans l'esprit de France juste des barbares. Et puis aussi, sous les traits des angles et des saxons, France va rencontrer le jeune Arthur, pour la première fois. Il faut d'ailleurs qu'Arthur à cette époque était adorable, mais hum, ne changeons pas de sujet.

476, c'est la chute de l'Empire Romain, Francis s'en souvient encore aujourd'hui, de son incrédulité lors de l'annonce de la fin de l'Empire, de sa tristesse à la disparition de Rome, et surtout de son incompréhension, comment un aussi grand empire a t il pu disparaître ? Gaule lui aussi est sur le point de disparaître, tenaillé par tous les barbares qui se partagent son territoire. Et en particulier les Francs.
Un seul nom, que Francis n'oubliera jamais, Clovis, le roi des Francs.
C'est lui qui va peu à peu commencer la longue tâche d'aider Francis à grandir, et qui par la même occasion va faire de lui ''la première fille de l'église'' en devenant un roi chrétien. Enfin, des rois, Francis va en connaître après, Dagobert, Pépin, Charlemagne..

En 843, c'est le traité de Verdun, c'est là que va naître le terme de France avec la ''Francia Occidentalis'', son nom, celui qu'il gardera toute son existence.



Un des événements qui aura marqué pendant longtemps le jeune Francis est qu'il regrette encore infiniment aujourd'hui restera les croisades, de 1096 à 1270. Parfois encore, il se revoit jeune nation, se battant entouré de corps mutilés, le sang coulant à flot, et Turquie défendant corps et âme l'endroit saint.

Passons maintenant au siècle suivant, et quel siècle... Celui de la guerre de cent ans, un des plus grands conflits entre Arthur et Francis, qui aura durer de 1337 à 1453, guerre où il aura perdu une française qu'il a particulièrement aimé, comme un homme normal si l'on peut dire, Jeanne d'Arc, qui mourra brûlée vive le 30 Mai 1431.
Une sombre époque, sans parler de la peste qui fera rage est dévastera une bonne partie de ses villages en 1348.

Avec l'arrivé du roi François 1er, Francis pourra enfin faire une chose dont il a toujours rêvé, envahir l'Italie, et pouvoir s'occuper comme il se doit des petits Italiens, dans les année 1510.
Enfin, Francis ne pourrait pas décrire en quelques phrases toutes les années qui s'en suivirent de querelles entre les nobles, de la monarchie absolu qui s'installera, ça serait bien trop long à raconter, surtout en détail avec les petits détails croustillants que lui seul connaît. Disons juste que Francis sera, il ne faut pas l'oublier, le pays des Lumières, des grands penseurs tels que Voltaire, Diderot, qui changeront à jamais leur siècle et leur époque. Siècle qui se soldera par un très grand moment de la vie de Francis, la révolution française. Soulignons aussi le fait que dans la même période, lors de la guerre d'indépendance d'Alfred, Francis envoya quelques troupes l'aider.

''Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé ! ''


Francis est la France, et c'est donc tout naturellement qu'il pris part à la chasse à la royauté en compagnie de son peuple, coupant sans aucun remord la tête de ses anciens monarques. C'est l'entrée dans le nouveau régime que Francis espérait meilleur que l'ancien, où chaque homme naîtrais libre et égaux en droits.

Hélas, ça ne sera pas pour tout de suite la République, le 9 novembre 1799 Napoléon prends le pouvoir à la suite de son coup d’État. Napoléon, un des plus grand chef que Francis n'est jamais connu, qui à réussi à étendre son pouvoir sur toute l'Europe, et avec qui il a subit de cuisante défaite. Il préfère ne pas parler de la désastreuse retraite en Russie, ni de la bataille de Waterloo, qu'un certain anglais n'oublie jamais de lui rappeler.



''Non, non, plus de combats !
La guerre est une boucherie.
Ici, comme là-bas
Les hommes n'ont qu'une patrie ''


La guerre des tranchés, ça non plus Francis ne pourra pas l'oublier, pourtant au départ, il y était parti résigné, presque qu'assuré de sa victoire, d'ailleurs il était convaincu que la guerre ne durerait pas très longtemps. Il n'aurait pas imaginé qu'il se tromperait à ce point. Cette guerre fût totale, sans précédent par rapport à celle qu'il avait déjà connu. Mais il était sûr du bien fondé, il fallait qu'il se défende contre l'Allemagne, il était dans le vrai, et jamais il ne laisserait la victoire à Ludwig. Néanmoins, plus le temps passé et plus il voyait que la lassitude se faisait sentir chez tous ces soldats. Cependant, Francis ne connu jamais de défaitisme, et il eu bien raison, en effet le 11Novembre 1918 l'armistice est signé entre Francis et l'Allemagne. Paix qui sera de courte duré, surtout que Ludwig n'est pas près de pardonner à France le '' Diktat '' de Versailles.

On ira pendr' notre linge sur la ligne Siegfried

Malheureusement, se seront les allemands qui iront pendre leurs linges sur la ligne Maginot et mettre leur drapeau en haut de la tour Eiffel le 22 Juin 1940, ce qui sera une véritable honte pour Francis, qui verra avec dégoût le maréchal Pétain signé l'armistice et envoyé des millions de juifs vers une mort certaine. Cependant, ce n'est pas pour autant que la guerre est fini, malgré le fait que la France soit occupé, il reste un peu d'espoir pour Francis d'arrêter la menace Allemande et de retrouver sa maison, espoir qui se trouve chez le seul qui ait encore un peu de confiance en lui, Arthur.
Le 18 Juin 1940, le général De Gaulle passe son appel à la résistance sur les ondes de la BBC. Il est clair que Francis ne deviendra jamais un simple morceau de l'empire Allemand.


''Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ? ''


C'est la période de la résistance en France, chaque moyen est bon pour rendre un peu plus dur la présence des allemands sur son territoire. Francis se bat sur tous les fronts, essayant tant bien que mal en même temps qu'il récupère son pays de récupérer aussi l'estime des puissances mondiales, mais cela reste dur car il faut le dire, il est tout seul, les États Unis refusant de lui donner des armes et ne le considérant pas comme quelqu'un en qui on peut avoir confiance et Arthur suivant bêtement la voix de son cadet. Même si une fois Paris libéré le 25 Aout 1944, et grâce au débarquement qui aura eu lieu sur ses plages, il va retrouver un peu de son prestige, en participant aussi à la dernière bataille en Allemagne. De ce fait, il pourra participer au partage de Berlin et de l'Allemagne et avoir une place au siège de l'ONU, ce n'est pas si mal, surtout qu'il faut le reconnaître, tout cela il le doit encore une fois à Arthur.

Malheureusement, cette guerre ne sera pas la dernière pour France.

''Monsieur le président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être ''


Vietnam, Algérie, deux choses dont il n'est pas très fièr. La décolonisation se passe mal, et il subira deux amères défaites, perdant les liens qui le rattachaient à ses deux principales colonies. Cependant, Francis aura compris la leçon, est laissera partir toutes les autres sans histoire. Dans un même temps, il essayera de prendre le moins possible à la bipolarisation du monde, bien qu'il tende du côté Américain du globe il est vrai, même si il tentera toujours de rester à l'écart des décisions d'Alfred. Plus tard d'ailleurs, il refusera d'attaquer l'Irak avec lui, tandis qu'Arthur, comme d'habitude, suivra son chemin...

L'histoire ne s'arrête pas là bien sûr, aujourd'hui Francis n'est peut être plus l'empire qu'il était autrefois, mais il reste très important, et c'est lui qui battis avec les autres nations l'histoire mondiales.

Test rp :
Francis ne pensait pas très souvent à elle, il y avait même des périodes où il l'oubliait complètement, trop occupé dans les problèmes compliquées de son époque.
Mais quand le temps lui permettait parfois de prendre un peu de repos et de se laisser aller à ressasser de vieux souvenirs, son visage lui revenait de temps à autre à l'esprit, vestige d'une époque lointaine, et la nostalgie ainsi que la tristesse pendant quelques instants s'emparaient de lui, le rendant plus vieux qu'il ne paraissait, effaçant le moindre trace de sourire et de bonne humeur qu'il avait si souvent.

Le combien était-ce déjà ?

Ah oui, une belle journée de Mai, le 30 exactement, en 1431. Il est vrai qu'il faisait très chaud ce jour là, très très chaud, surtout près du bûcher. Les cendres se répandaient un peu partout dans la ville de Rouen, Francis se souvient même que son visage en était recouvert.
Les cendres de Jeanne, qui brûlait vive.
Il ne savait pas ce qui était le pire, ses cris de douleurs qui semblaient le percé de part en part ou bien le sourire de plaisir qu'arborait les juges qui l'avaient condamné, convaincu de brûler une sorcière.

Une sorcière oui, du point de vu de Francis cependant, elle n'avait rien de ce qu'on lui reprochait d'être.

Il se souvenait presque aussi parfaitement du jour où on l'avait brûlé que du jour ou il l'avait rencontré, alors qu'il siégeait à côté du roi de France, s'ennuyant de ses longues heures passer à voir défiler des paysans se plaindre pendant des heures.

De toute manière, toute ses pensées étaient tourné vers Arthur, et cette guerre qui n'en finissait pas, Arthur refusant de quitter la France qui ne lui appartenait en aucun droit.
Cela embêtait vraiment Francis de ne pouvoir bouter par lui même le si plaisant fessier d'Arthur hors de ses frontières.
Alors quand il l'a vu rentré, l'air timide malgré sa démarche assuré, il n'a pas pu s'empêcher de se dire qu'il allait enfin avoir un peu de divertissement.

C'est pour cela que lorsqu'elle a dit qu'elle venait ici pour sauver la France et renvoyer les anglais d'où il venait ;''bouter'' étant le terme qu'elle avait exactement employé et cela avait rire Francis de la voir utilisé le même terme que lui, il s'était levé d'un air amusé au milieu du roi et autres aristocrates qui s'esclaffaient, s'avançant vers elle habillé de guenille au milieu des nobles en robe de soie, et sans d'autre forme de politesse l'avait apostrophé :

- Je suis la France charmante demoiselle avait il murmuré en lui soulevant délicatement le visage, et je me demande bien comment une demoiselle comme vous, seule qui plus est, compte bien botter l'arrière train de nos ''amis'' anglais ?

Il ne s'attendait pas vraiment à une réponse, d'ailleurs il pensait même que la jeune fille se mettrait à rougir et partirait en courant, se ne fût aucunement cela . La jeune fille garda la tête froide, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres tandis que celui de Francis disparaît pour laisser place à une expression perplexe.

- Dieu m'a parlé, adoubait moi et plaçait moi à la tête de vos troupes, je mènerais la France à la victoire. Je repousserais les anglais de la ville d'Orléans et je conduirais le roi de France à Reims pour qu'il y soit sacré et couronné.

Il réfléchit quelques instants, l'observant attentivement. Après tout, que risquait il à la laisser conduire une ou deux troupes ? Au point où il en était.

-Très bien jeune demoiselle, allez donc convaincre le roi de France, vous avez ma bénédiction.

Au final aujourd'hui, quand il y repensait, il ne pouvait que se rendre compte qu'il avait été stupide, stupide de mettre le poids d'une nation sur les épaules d'une jeune fille, d'une humaine, et surtout, stupide de s'être attaché à elle.
Comment aurait-il pu en être autrement, de victoire en victoire, il était de tous les combats avec elle, et il devait le reconnaître, ce n'était pas simplement une frêle jeune fille, et malgré les moqueries sans doute dû à la jalousie d'Arthur, la France reprenait peu à peu ce qui lui appartenait.
Et Francis, s'attachait à elle, à son sourire, à cette flamme qui ne s'éteignait pas dans son regard. Pour la première fois de son existence, il n'osait pas la toucher comme il aurait tant aimer le faire, elle la pucelle d'Orléans, trop pur.

Hérétique.

Le mot était lâché, celle qui avait était la représentante de la France était maintenant condamné au bûcher, pour hérésie, suite à un procès qui n'en avait que le nom.
Les yeux écarquillé d'horreur, sans rien pouvoir faire pour la sauver, Francis avait écouté le juge prononcer la sentence.
Cela aurait sans doute était plus simple pour lui s'il n'avait pas assisté à sa mise à mort, il aurait pu appliquer la technique qu'il aimait tant de la fuite, faire comme si tout cela n'avait jamais existé, se dire que Jeanne n'était qu'une banale française comme les autres.
Le problème étant que Francis aimait bien trop son peuple, et qu'avec Jeanne qui brûlait, c'était une partie de lui qui disparaissait, que quand elle criait, il criait avec elle.

Il s'était promis de ne jamais l'oublier, c'est pour ça, qu'après qu'il l'ait brûlé trois fois, avant qu'il ne répande ses cendres au vent, il est allé ramasser la croix qu'elle portait chaque jour, se jurant que plus jamais, il ne serait aussi sentimentale.

Même si il en était incapable.


Loisirs : Cuisiner, lire, écrire, peindre, Francis aime avoir des activités enrichissantes ou créatives. N'oublions pas de citer un de ses loisirs favori si l'on peut dire qu'est la séduction, et le sport de chambre qui va avec.

Aime :

Francis ne serait pas la France si il n'aimait pas la cuisine, la mode ainsi que l'art. Il est amoureux de la beauté et de l'esthétisme sous n'importe quel forme. Aussi, il faut le dire, Francis aime la bonne chair, que cela soit dans son sens littéraire ou dans son sens figuré..

N’aime pas :
Francis exècre la cuisine anglaise qu'il se plaît à critiquer dès qu'Arthur se trouve dans les parages, d'ailleurs il n'aime pas non plus la langue anglaise, bien qu'il la parle sans problème quand il le veut, mais ça ne serait pas amusant si il la parlait sans un accent ridicule devant Arthur. Il n'aime pas non plus que l'on prenne des décisions sans son accord, que l'on puisse s'habiller avec mauvais goût, que l'on critique son sublime pays

Qui êtes-vous? Oui vous derrière l'écran!
;


Pseudo :
Irohana/Fluttershy (mais je peux répondre à toutes les appellations en fait 8D)

Age: 17 ans et sept mois, soyons précis.

As-tu lu le réglement?: Validé par PNJ Validatrice Suprême


Dernière édition par France / Francis Bonnefoy le Dim 10 Juil - 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Norge/Aleksander Eriksen
avatar
Régulateur officiel de Danois hyperactif
Régulateur officiel de Danois hyperactif

Messages : 268
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 26
Localisation : en Norvège

ID Card
Nom de votre nation: Norvège, Norway, Kongeriket Norge
Nom Nyotalia: Liv Eriksen
Emblème floral: La bruyère Callune (aussi appelé la Bruyère de l'Europe)

MessageSujet: Re: Douce France, cher pays de mon enfance Dim 10 Juil - 19:14

Fiche parfaite, je ne trouve rien a y redire tu es donc validé, je vais de ce pas t'ajouter a ton groupe et t'offrir ton rang
Revenir en haut Aller en bas
http://campushetalia.forumgratuit.org/
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Douce France, cher pays de mon enfance Dim 10 Juil - 19:50

Bienvenue Francis ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douce France, cher pays de mon enfance

Revenir en haut Aller en bas
 

Douce France, cher pays de mon enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « Personne ne peut m'empêcher de faire ce qui est bon pour mon pays »
» PPS voyages (divers)
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Sweet Madness :: Administration :: Premiers pas :: Fiches refusées-