Hetalia Sweet Madness
Bienvenue a toi Invité dans ce forum où tu peux faire ce qui te plait, envie d'être France en femme? la section "Nyotalia" est pour toi ^^. Mais avant de pouvoir rp ici as-tu lu le réglement? Et as-tu lu le contexte? Si oui...as-tu déposé Ta fiche de présentation dans la partie fiche d'admission ? Si c'est oui alors amuse toi bien mais si c'est non qu'attend-tu pour le faire? Oh et surtout n'oublie pas d'aller jeter un petit coup d'oeil sur les fiches des personnages prédéfinis!! Amuse toi bien parmi nous Invité!!



 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 Conversation calme... ou pas. [PV : Wales]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales] Mer 29 Fév - 9:30

    Le ciel était couvert, ou du moins il devait l'être... ou pas, mais peu importe, le ciel était parsemé de nuage gris ou blanc, peu importait leur couleur ou leur grosseur. Leur présence suffisait pour distraire l'esprit malicieux de l'écossais, du moins en apparence car pour tout vous dire, il était plus en train de réfléchir que de se laisser distraire par une image utopique que son esprit aurait pu créer, à vrai dire, pour tout dire, il se foutait royalement de ce qu'il se passait autour de lui, pour lui s'était un moment qu'il prenait pour réfléchir, rien d'autre. Le regard de jade du Scots fixait donc sans gêne ou autre le ciel azuré, le ciel qui devait appartenir à un « Dieu ». Religion ? Question existentielle ? Non, rien de tout cela. Le file de ses pensées passaient simplement d'un sujet à l'autre : du ciel au nuage, des nuages aux images utopiques, des images utopiques à « Dieu », à la religion. Ces pensées bifurquaient entre plusieurs thèmes. Il pouvait s'agir de tout et de rien, peu importait le sujet tant que cela le distrayait quelques minutes. Oui, juste quelques secondes/minutes pour se ressourcer, surement.

    Ses pupilles verdoyantes se déplacèrent pour fixer du coin de l'œil la montre qui indiquait une quelconque heure, après tout il n'allait pas souvent en cours. Non, pas souvent, très, très rarement, ça c'est sûr. L'écossais pencha légèrement la tête de côté en fronçant rapidement des sourcils, geste rapide qui ne laissa aucune trace de l'énervement passager de l'étudiant. Épaules décontractées, mains dans les poches, il en sortit une cigarette qu'il cala immédiatement entre ses lèvres, appuyant légèrement de ses lèvres fines sur le filtre. Son autre main libre chercha le briquet qui devait traîner dans un coin de sa poche. Un frottement sec et une flamme qui vint lécher avec voracité le bout du tabac. La fumée gris et âcre vint se frayer un chemin entre les lèvres du rouquin, se faufilant tel un serpent pour trouver la sortie et aller dans l'air, enlaçant, enveloppant le fumeur. Et pourtant, cela ne semblait guère déranger le Scots, au contraire, il semblait aimer ça : cette odeur, cette caresse grisâtre.

    Après quelques minutes à nouveau, il se retourna, plaçant son majeur sur le haut de son nœud de cravate, bougeant de gauche à droite sa main pour en défaire l'instrument de torture qui étranglait sa gorge. Sa chemise d'un blanc immaculée n'était pas totalement boutonné, juste deux trois boutons qui n'avaient pas été fait. Les manches de celle-ci n'était pas retroussées, laissées à l'air libre et là non plus pas boutonné, il n'y avait qu'une partie de sa chemise qui était rentrée dans son pantalon, l'autre moitié non, pour lui c'était trop formelle, trop discipliné.... Qui adore simplement être en règle pour plaire ? Voyons, même vous qui êtes carrés, je sais très bien que votre côté rebelle vous tente parfois. Après tout, Allistor n'est pas vraiment un rebelle, enfin si mais bon, il se contente de venir, de sécher, de fumer, de boire, d'être asocial, de ne pas être à l'image que le bâtiment à créé : être anticonformiste en gros.

    Revenons un peu à nos moutons, petit moutons blancs qui bondit dans le ci--.... On a rien vu. Comme dit plus haut, Allistor était complètement hors contexte niveau tenu vestimentaire, et n'en rajoutons pas à propos de ses habitudes de fumeur et d'alcoolique. Après tout, on ne change pas quelqu'un en cinq jours. C'est d'une démarche lourde d'un prédateur qu'il s'avança dans la cour, prenant parfois quelques bouffées, avant de soupirer et de se caler contre une mur ou un arbre, peu importait un peu le lieu ou autre, tant qu'il pouvait s'adosser comme le grand feignant qu'il peut sembler être, ça lui va. Il faut l'avouer, le Scots s'ennuyait un peu de voir toujours le même quotidien ennuyeux et irritant, c'était une routine plus qu'insupportable, après tout c'était bien pour ça qu'il ne venait pas en cours, toujours voir la tête des professeurs ça le rendait dépressif et agressif, alors bon à quoi venir. Bon, d'accord, au moins faire acte de présence à l'intérieur du bâtiment. Un nouveau soupire, puis un bref regard aux alentours pour tomber sur une tête familière. Ses paupières se plissèrent en même temps que ses sourcils se froncèrent, cette personne... il ne parlait jamais avec, il ne l'évitait pas, non, juste que voilà, il ne voyait pas l'intérêt de lui parler. N'allons pas dire qu'ils se s'entendaient pas, non, juste qu'ils se parlaient que pendant les beuveries très tard dans un bar. Et encore ça s'arrêtait à là. Trop sérieux... trop sérieux... trop.... Ouaip, mot qui le désigne que trop bien : « sérieux », pas moyen de le classer dans une autre catégorie que là, mais c'était peut être cette catégorie qui laissait le Scots à distance ? …. Nooon, que croyez-vous, il reste à l'écart car il ne veut tout simplement pas avoir à faire à eux, il ne veut pas que ça tourne en drame familiale, car oui, la personne qui était au loin était un membre de sa famille.... Non pas le lutin vert, ni le minus, ni même l'inconnu au bataillon ou encore le repose-pied, non c'était l'indifférent alias Dylan Kirkland, Wales.

    Un sourire carnassier, le regard devenu malicieux et sombre, un mouvement d'épaule pour se dégager de son dossier, de son mur, une remise en marche. Mains dans les poches, il avança tranquillement. Certes, tous deux ne se parlaient pas des masses ou encore ne se côtoyaient pas vraiment, mais bon pour une fois, faisons donc le premier pas, avançons sur de nouvelle base. Scotland s'arrêta enfin à côté du Gallois, se ré-adossant contre le mur. Il ne parla pas pour l'instant, ce contentant simplement de fixer un point invisible devant lui. Que dire ? Bah, il s'en foutait, de toute manière môsieur l'indifférent ne disait jamais grand chose.... Mauvaise réponse, il ne lui parlait jamais, donc il ne pouvait savoir. La ressemblance avec son aîné était frappante et dérangeante, mais bon, habitude, habitude. Après tout il n'était pas Ireland, il n'était pas lui. Voutant des épaules, mains bien au fond des poches, il parla.


- Hi....

    *Réponse de blasé.... Ok, je suis nul niveau conversation avec le petit frère, tsss comme si ça me plaisait de lui parlait, comme s'il avait les mêmes intérêts et sujet que Ireland. Oh duw.... Ça va être short de lui causer à celui-là.* Jolie pensée le Scottish, il aurait pas pu résumer au mieux la situation, la relation avec son frangin, ça va être l'enfer, il le sentait, ça empestait les accrochages, les piques entre eux, il le sentait. Bah, ça change pas d'Arthur, non non.


- Ça se passe bien pour toi ?

    Une réaction neutre, un air blasé, il était toujours calme, et ne laissait pas transparaître ses pensées qui pouvaient être pleine de sarcasme, il fallait bien commencer un jour la conversation, sinon la routine allait le tuer et ça merci si on pouvait éviter ce serait le must.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales] Mer 29 Fév - 13:23

L'astre si lumineux qui égayait les journées du gallois n’était pas au rendez vous aujourd'hui. Tout était terne, fade, toutes choses étaient dépourvu de leur éclatante couleur originelle. Le temps était lourd, la cour vide de monde, et seuls quelques copies envolées dansaient au vent. Dylan pouvait entendre le frottement du papier contre le gravier, tant le silence était envahissant.
Le gallois était assis au sol, jambes plié, ses bras croisés posés sur ses genoux. Son menton posé sur ses avants-bras, il fixait d'un regard vide d'expression ce qui l'entourait, à tout jamais perdu dans ses songeries, pour ne pas changer.
Comme tout élèves de l'établissement, il était vêtu de son uniforme. Il portait son gilet beige par dessus sa chemise parfaitement repassée, boutonnée, était décorée au col par une cravate bleu marine soigneusement mise. En bas, il portait la même chose que tout les autres élèves, un pantalon droit à carreaux dans les ton bleu foncé et marine.
Le jeune homme fixait intensément le fond de la cours, comme s'il pouvait percevoir quelque chose d'invisible ou d’infiniment petit. A quoi songeait il encore? Qu'est ce qu'il pouvait être agaçant à la fin! Pourquoi si peu d'expression sur ce doux visage?

Quoi qu'il en soit, il ne devait pas être là à coincer la bulle, en plein milieu d'une heure de cours!
A vrai dire, Dylan ne séchait pas les cours. Il avait été viré, pour la première de sa vie, lui qui était un élève modèle, discipliné, qui avait une conduite irréprochable selon ses professeurs. Mais alors, pourquoi l'avoir exclu de cours? Hm... Je crois qu'il n'a pas trop envie de nous le dire. Il y a comme une ombre qui flotte sur son visage, oui vous savez, cette ombre! Celle qui pourrait refroidir le plus téméraire d'entre nous! En d'autre terme, cela voulait surement dire que Wales souhaitait être seul, ne pas être dérangé.
Ce que le gallois fixait depuis déjà un bon quart d'heure, sans baisser le regard, fut en réalité l'emplacement même de la salle ou se déroulait le cours auquel il aurait dû assister. Il ne semblait pas énervé, mais sa respiration le trahissait. Elle était lente et tremblante, rappelant le souffle ardent d'un dragon en colère, c'était comme si il allait éclater d'un minute à l'autre, une vrai bombe à retardement.
Mais rien ne pouvait faire céder Dylan après tant d'années à supporter des atrocités et les disputes incessantes entre frères.

Tiens! Il à bougé! Il s'était adossé au mur, toujours assis, la tête penchée en arrière. Il libéra un long soupir, observant le ciel, comme s'il tentait à nouveau de se perde dans ses rêveries. Étrange... Il semblerait que cette fois ci, ça n'ai pas fonctionné. Dylan fronçait légèrement les sourcils, agacé par ce temps. Ses cheveux couvrirent ses joyaux d'azur, et une mèche vint joliment retomber sur sa joue, caressant sa peau douce et claire... Oh, mais qu'avions nous là?
Sa peau, habituellement si belle et unie, était tachée d'une égratignure rougeâtre, juste là, en bas de sa joue. Qu'était il donc arrivé au plus pacifiste des frères Kirkland? Était ce là une trace de d'un accrochage avec l'un de ses camarades de classe? Aurait il finalement éclaté en plein cours contre son frère, Arthur? Dylan avait il définitivement cédé à la rancœur qu'il éprouvait pour son jeune frère?
De toute façon, l'orage est passé, et nous ne saurons rien. Il n'est pas vraiment du genre loquace.

Quelques minutes passèrent et Wales n'avait pas quitté sa place. Il était parvenu à replonger dans les nuages,et on aurait presque dit qu'il planait tellement qu'il semblait ailleurs.
Mais ceci fut de courte durée.
Si Dylan possédait un véritable don, c'était celui de l'instinct, une intuition qui lui disait qu'il allait bientôt avoir de la compagnie, ou être importuné. Certains pensaient que le gallois avait tout simplement l'ouïe plus fine que les autres, d'autre disaient qu'il était un fin observateur, mais peut être que Dylan était tout cela à la fois.
Il détendit ses muscles, reprenant son calme en fermant les yeux, se concentrant sur chaque son qui lui parvenaient.
Il reconnu assez vite cette démarche. Il ne s'agissait pas d'Ireland, car celui ci sautillait presque lorsqu'il se déplaçait, et courait presque en permanence tellement il avait d'énergie à dépenser.
Il ne s'agissait pas non plus d'Arthur, qui lui, marchait d'un pas lent est discret. A ce son, il savait déjà qu'il pouvait exclure pas mal de personne. Il n'y avait que très peu de ses camarades qui produisaient un tel bruit en marchant. L'homme qui s'approchait traînait presque des pieds, et ses pas retentissaient presque dans toute la cours. Dylan le reconnu. Il s'agissait de son aîné, Scotland.
Celui ci s'avançait lentement dans sa direction, et Wales fut fortement étonné que le rouquin lui prête attention. Il fermait les yeux, soupirait, curieux, tout de même, que voulait il? Et avant même qu'il ne devine la raison de sa venu, l'écossais se tenait déjà à ses côtés, l’observant du haut de ses un mètre quatre vingt treize.
Ce dernier s'adossait brusquement à au mur, et au grand étonnement de son jeune frère, restait silencieux, non, pas un mot. Pourquoi était il là, lui qui ne faisait jamais attention à Wales, ne lui adressait jamais un mot, ne le regardait jamais, l'ignorant même. Dylan se posait tant de questions.

- Hi....

Wales frissonnait de surprise au son de cette voix, qu'il n'avait pas entendu depuis si longtemps.
Une fois que Scotland ai prit la parole, un malaise prit place, saisissant le gallois. que lui voulait il?

- Ça se passe bien pour toi ?

Était il au courant? Cette question que lui posait son aîné, résonnait à ses oreilles comme une moquerie. Comment l'aurait t il su? Oui, Wales s'était battu, et tout l'établissement n'allait pas tarder à le savoir. Avait il fait tant de vacarme pour que l'éternel absent l’apprenne si vite?
Il soupirait, laissant tomber sa tête faiblement en direction d'Allistor, lui jetant un regard inexpressif, comme d'habitude. Un mince sourire apparu furtivement sur le visage du cadet, qui observait son grand frère avec beaucoup d'insistance. Encore énervé, d'un ton légèrement persifleur, il lui soufflait ceci, comme si le vent lui avait volé les mots de la bouche.
-Tu t'ennuis, brother?...

Un silence pesant s’installait. Wales n'allait tout de même pas chercher à se battre de nouveau, mais titillait son frère, craignant tout de même un peu sa réaction. Sa mèche lui démangeait et sa main également. Il ne pouvait pas laisser un tic nerveux l'emporter dans un moment pareil; sa mèche rebelle cachait l'égratignure. Il espérait juste une chose, que Scotland ne le sache pas, qu'il avait cédé à ses pulsions après tant d'années de bonne conduite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales] Mer 29 Fév - 21:24

    Tiens, tiens, une réponse de ce jeune indifférent, comme cela pouvait être intéressant, oui intéressant, pourquoi ? Parce que cela venait de faire réagir l’esprit de l’étudiant à la chevelure flamboyante. Rien n’avait bougé, nothing. Seulement ses pupilles noires entourées d’iris verdoyantes avaient rétrécis rapidement, comme si quelque chose l’avait fait réagir et c’était le cas, oui le cas. Sa main gauche, main qui dans la religion chrétienne désignait celle-ci comme diabolique et tentatrice de tous les péchés, sortait de la poche de son pantalon au bleu soutenu. Cette même main bougea lentement pour venir attraper entre son index et son majeur la cigarette, la retirant de sa bouche, laissant ainsi au passage une longue fumée blanchâtre envahir l’air. A quoi pouvait-il penser après cette pique ? Personne ne le sait, pourtant il est si simple à décoder ! A pardon ! C’est la narratrice qui sait ce qu’il va faire, veuillez l’excuser, elle est omnisciente et chiante ! Allistor releva la tête pour fixer le ciel d’un regard vague, plus le ciel se faisait bleu, plus son humeur s’aggravait, enfin c’est ce qu’on peut voir, car pour lui fumer rapidement est mauvais signe. Arthur a longtemps comprit lui quand il fallait baisser la tête, surtout quand il allait trop loin. L’écossais se tourna sur le côté pour baisser la tête et fixer son petit frère qui le fixait, cette pointe d’agressivité dans sa voix n’était pas habituelle, non, non. Elle ne l’était pas. Le Scots s’accroupit donc face à son frangin, le fixant intensément et avec une certaine pression. Allistor était certes une brute épaisse, mais aussi quelqu’un de très calme, trop calme ce qui cachait souvent une tempête.

    Le coude gauche sur sa cuisse gauche, cigarette entre les doigts et dirigée sur le côté, l’autre bras posé simplement sur l’autre cuisse valide et libre. Il continuait de fixer son frère. Ce très cher frère impassible et pourtant qui venait de montrer, d’exprimer une once d’énervement. * Il me cherche ce crétin ? Je vais lui refaire la face s’il continue sur cette voie, s’il trouve ça drôle eh bah c’est qu’il n’est vraiment pas net dans sa tête. Hm…. Et pourtant…. Etrange….* Scotland inquiet ? Noon,… juste un peu désarçonné par l’étrange comportement du Gallois après tout c’est plus que bizarre de le voir ainsi, lui qui était si calme et si…. Sans défense. Yep sans défense, sans une arme quelconque pour le protéger, quelle était belle la jeunesse de maintenant. Il fallait savoir se servir de ses poings pour se défendre et surtout ne pas utiliser les mots, c’est bien un truc de faible, du moins c’est ce que se disait Scotland devant le blabla perpétuel de England. Revenons-en au présent, au moment qui défile maintenant. Les paupières à demi-close, pas totalement, juste de quoi laisser ses iris couleur jade le fixer. Aucun sourire, aucune expression sur le visage, rien, il ne faisait que le fixer.

    Soudain, un geste, enfin ! Un mouvement de sa part, il redressa sa main armé de sa cigarette, la pointant dans sa direction avec un sourire des plus carnassiers, une lueur de malice dans le regard, une lueur joueuse, taquine. D’un mouvement rapide, le roux se pencha en avant pour être face à son visage, cinq bons centimètres les séparant. Son sourire se transformant en mince ligne qui s’arqua vers le haut au coin de ses lèvres : un sourire en coin, ni méchant, ni gentil, juste un sourire neutre, mais qui exprimait tant de chose. Le ton qu’avait employé Dylan l’avait quelque peu intéressé, il était curieux et surtout joueur, car à part Ireland qui se permettait de lui parlait de manière direct et brute, ou encore les tentatives désastreuse du petit blond aux fées, il n’avait jamais vu ou du moins entendu ce cher Wales parler de la sorte. Ce ton qu’il avait utilisé lui rappela England, ses pupilles se rétrécirent rapidement, il était l’heure de ne plus « s’ennuyer » comme l’avait si bien dit son frère.

    Sa main gauche attrapa le col bien plié et bien repassé du Gallois, le ramenant vers lui, son sourire venait de disparaître. Son autre main qui tenait sa cigarette se rapprocha de la joue, laissant sa chaleur chauffer sa peau, il effleura du bout fumant de sa clope la joue lisse et parfaite de Dylan, brûlant partiellement sa peau, c’est à ce moment là qu’il murmura tranquillement, sans une once de folie ou de colère.

- Ma foi, pas tellement, frangin. Mais, vois-tu tu viens d’utiliser un ton qui est assez étrange. Que t’ait-il arrivé pour que tu ne sois plus le gentil pacifique sans défense ? Really…. Tu veux vraiment regretter le fait d’avoir employé ce ton envers ma personne ? C’est une déclaration de guerre ? Ou bien… tu fais le dur pour prouver à quelqu’un que tu peux me tenir tête ? Son regard devint aussi noir que les eaux tourmentées des lochs. Ne prend plus ce ton avec moi, saleté de lézard rouge. N’essaie même plus de vouloir te la jouer gros dur. Je ne sais pas ce qu’il t’ait arrivé, mais t’as pas intérêt à me chercher des noises, crétin.

    Allistor le lâcha brutalement, non sans avoir appuyer le bout fumant de sa clope sur sa joue pour la lui brûler et laisser une marque. Il se redressa et le fixa de toute sa hauteur, il n’était pas en colère, son visage était neutre, seul ses yeux montrait une envie de lui faire abandonner la partie, il n’avait pas envie de le cogner ou encore d’avoir des ennuies avec son frangin, il préféra donc mettre un avertissement, mettre une barrière voilà ce qu’il avait fait.


Dernière édition par Scotland /Allistor K. le Mar 13 Mar - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales] Sam 3 Mar - 12:41

Le silence d'Allistor confirmait les craintes de Wales. Il suffisait de lui faire une petite remarque, sur un ton légèrement moqueur, pour qu'il parte au quart de tour. Dylan l'observait sans bouger, guettant chaque gestes de son frère aîné, comme si il l'admirait de son regard atone. Oui, c'est cela. Il l'étudiait, stupéfait, contemplant le dragon au yeux vert exhaler une nuée grise de sa gueule, comme ... Térrifié, ou bien fasciné?... Fasciné.
Quand la bête croisa son regard, que dis je, le transperçait, diminuant Dylan comme s'il n'était qu'un insecte, ce dernier sentit monter en lui une excitation étrange, un sentiment qui jusque là, lui était inconnu. Scotland à toujours intrigué Wales, même après tant d'années passées à ses côtés. Il le connaissait si bien, et pourtant, un sentiment de curiosité et d'insécurité naissait en lui pendant qu'il se noyait dans les yeux de son aîné.

Le ciel s'éclaircissait, ravissant le rêveur, et le soleil vint illuminer la crinière étincelante de la créature. Et quand la fumée grise se dissipait, celui ci vint se mettre à la hauteur de son cadet, sans jamais quitter ses yeux céruléen. L'écossai finissait enfin par s'interresser à lui.
Décidément, ces deux frères sont étranges, et leur façon de communiquer l'est tout autant.
Les deux hommes restaient muets, se contentant de se dévorer du regard, et cet échange en disait long sur leur pensés. Le silence demeurait.
Outre le fait que Dylan se délectait de cet instant si exceptionnel, celui d'avoir provoqué la stupéfaction de son frère, qui ne devait certainnement pas s'attendre à ce que Wales finisse par s'exprimer de la sorte, il redoutait sa réaction. Le gallois sortait d'un accrochage musclé, et ne désirait pas remettre ça... Du moins pas dans l'immediat.

Hm... Mais c'est trop tard n'est ce pas?...

En effet, ça l'est.
Brusquement, Dylan se retrouvait la cigarette pile devant son visage. Il clignait des yeux, ayant un mouvement de recul, brisant l'échange de regard.
Allistor souriait de toutes ses dents, elles furent, pour Wales, semblables à des crocs acérés. Il relevait les yeux pour de nouveau se perdre dans ceux de Scotland. Son regard avait changé. Il était fourbe, diablement malveillant. Qu'avait il en tête? Qu'allait il faire?
Avant même de pouvoir réagir, ou même prendre la parole, l'étudiant indiscipliné s'était rapproché dangereusement du visage de son petit frère modèle, le menacant d'un sourire ... Dépourvu d'expression? Il ne tarda pas trop à le saisir par le col de sa chemise, tirant d'un coup sec pour le ramener vers lui. Wales souhaitait être plus proche de son frère, il avait gagné... Ses iris tremblottait légèrement, comme si il était paniqué, ne supportant pas d'ètre si près de la figure de Scotland, qui ne semblait plus vouloir plaisanter. Il approchait l'extrémité ardente de la cigarette, pile où se trouvait l'égratignure, qu'il n'avait surement pas du remarquer. Le gallois retint un gémissement plaintif dû a la douleur. Il frémit, tentant de s'écarter.
Ce qu'annonça Scotland à ce moment précis ne fit que l'exasperer, lui faisant presque oublier ce qui menacait sa peau si douce. Il laissait échapper un soupir d'énervement, fermant les yeux quelques instant.
Le roux prenait tout trop au sérieux. Ce qui fut une simple petite raillerie était devenu pour lui une "déclaration de guerre", monsieur l'écossai ne supportait pas que l'on fasse atteinte à "sa personne", et surtout pas venant du "gentil pacifiste sans défense" qu'était Dylan.
Il leva les yeux au ciel, agaçé, son aîné ne faisait qu'exascerber son sentiment d'irritation.
Alors qu'il se préparait à lui répondre, le gallois sentit la clope bruler sa plaie, abymer son visage si délicat, un grondement traversa sa gorge, il serrait les dents, repoussant Allistor. Il posa ses mains sur sa joue, s'écartant de Scotland en se trainant au sol quand celui ci se relevait. Il cachait nerveusement son visage, assassinant son aîné du regard.

_A-Alban! Tch... Y bastad!! , jurait il en gallois, se relevant pour faire face à son frère. Tu n'es vraiment qu'un..! T'avais vraiment besoin de faire ça?! You jerk!

Encore une fois, Dylan explosait, et enfin une expression déformait ses traits si doux, une grande colère qui ne faisait que s'accroite s'emparrait de lui.
Wales ne perdit pas de temps à incendier Scotland et filait en direction de l'infirmerie, jurant à tout va. Il traversait la cour, furibond, se tenant la joue. Ses cheveux soyeux cachait le haut de son visage, ses yeux, son regard, qui ne serait peut plus jamais le même.
Quand il arrivait vers le hall, il se retournait, jetant un dernier regard plein de haine et de rancœur à son frère, et entra, claquant le porte derrière lui.
Dure journée pour le gallois...


[Je te propose de continuer dans le hall du lycée (on va un peu voyager XD) donc si tu veux bien, Apres ton post, j'écrirai la suite dans le hall ^^.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales] Dim 27 Mai - 10:01

    Tant de colère, de grondement de la part de ce petit chérubin, c'était délectable ~ L'écossais était fier de sa connerie, et c'est donc d'un pas lent et assuré qu'il suivit le jeune Gallois, il n'allait pas le laisser filer, surtout pas quand celui-ci était en colère. D'un pas lourd et vif, il le suivit, traversant la cours rapidement, clope revenu au bec. Ce jeune minois allait vraiment pas être heureux quand il saurait ce que le Scots avait prévu de lui faire. Il était plus intéressant que le blondinet. Lentement, très lentement, il marcha, avança, ouvrant la porte du hall avec son pied : donnant en faite un coup de pied qui fit valser, claquer la porte contre le mur. L'avant de son corps entrant, tête penché vers l'avant, il pivota celle-ci pour remarquer le petit bleuté partir en marchant, un sourire s'élargit sur ses lèvres. Ce n'était q'une simple égratignure sur sa joue, voyons, il était si susceptible ! C'est ça qui l'amusait ! Voir les gens partir en s'énervant, puis revenir et finir sous le poids du vieux serpent. Rapidement il avança pour le suivre, mains dans les poches, il ne voulait donc pas lui servir de punchin-ball ? Le temps qu'Arthur termine ses cours ? Tient ?! Il ne devait pas être en cours celui-là ? Allistor haussa des épaules, avant de reprendre sa marche, laissant ses lèvres remuer sur un silence, il parlait, mais de manière muet, ne faisant que réciter les paroles de l'hymne qui faisait la fierté de son pays. Il était d'humeur joyeuse du coup, L’Écossais fixait les salles de classes, s'amusait à regarder les élèves, oh oui, môsieur fumait dans l'établissement, et il avait envie de whisky.... Accro à cette douce liqueur, il était des plus surpris à ne pas foutre le camp et planter l'autre boudeur pour retrouver sa bonne vieille ami dans un coin et se sentir étreindre dans ses bras. Oui, l'alcool se faisait sentir, il était un peu en manque. Entre l'autre couillon qui vidait toutes les bouteilles dans les géraniums et le prix excessif des bouteilles dans l'épicerie du coin le désespérait. Il allait donc falloir faire des réserves !

    Marre de devoir le suivre, il se mit à accélérer le pas, lui agrippant fermement le bras pour le plaquer violemment contre le mur, le regard noir fixé dans ceux de son p'tit frère. S'il aime tant que ça jouer avec les nerfs des autres, il est le gagnant ! Allistor vint toucher du bout de son index la blessure, soufflant par le nez comme un dragon en colère, ses lèvres pincé par la colère, n'exprimait jamais rien de bon. Un visage complètement noir qui disparut pour laisser la carapace de neutralité revenir, il était un peu exaspéré par le comportement de ce jeune Gallois. Retirant le doigt de la blessure, il savait que dans quelques jours elle allait disparaître sans laisser de trace, les cigarettes ne laissent jamais de cicatrice, les cigares, eux, oui. De vilaine marque, déjà essayé pour éteindre le combustible au creux de ses mains. Passant une main dans ses cheveux de feu, il soupira.


- Tsss.... T'enflammer pour une égratignure. Puéril.

    Nouveau regard qui assombrit ses prunelles verdoyantes, il fixait le pauvre erre qu'il maintenait contre le mur avec sa main. Sa clope au bec, elle se consumait lentement, il l'attrapa de sa main libre, la fixant longuement, regardant la fumée danser au-dessus de foyer rougeoyant de la combustion, observant avec sérénité le tabac brûler pour enfin venir écraser le bout sur son poignet pour l'éteindre. Le Scots ne grimaça pas, ne fit aucun geste de douleur ou autre, habitué depuis le temps, il tourna une à deux fois la cigarette pour bien l'éteindre puis la laissa tomber au sol.


- Pas la peine d'en faire un fromage. Shithead.

    Peu, il parlait peu, il était redevenu celui qu'il devait être, s'enferma dans cette carapace solide de calme et de rage, il était un monstre assoiffé de guerre, de chair, de sang, de destruction, tous les barbares le sont au fond d'eux-même, et pour Allistor ça n'avait pas changé, il était un vieux barbare à la retraite, et l'ère de la grande guerre lui manquait, toujours en retrait à combattre pour ses terres, voilà ce qu'il avait été. Il était pas un p'tit pacifiste qui cherche à négocier....


- Ça t'va bien ce regard.

    Sincère, oui, il était sincère, ça lui allait horriblement bien, tout le contraire d'Ireland, oui de ce pauvre excité de la vie, il aimait bien ce regard, un regard qui se faisait rare dans la famille Kirkland, Arthur l'avait eu il y a longtemps dans sa période, je massacre tout le monde, mais à présent plus personne ne l'avait, il avait fallut qu'il soit toujours plus sec et agressif pour le garder, ne voulant pas devenir comme eux. Même Sealand.... Peter.... Il n'arrivait pas à faire un regard emplit de colère, c'était perdu d'avance en faite, normal c'était Peter.....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversation calme... ou pas. [PV : Wales]

Revenir en haut Aller en bas
 

Conversation calme... ou pas. [PV : Wales]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
» Un truc qui calme...
» Discussion calme entre ami... ou pas [PM]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Sweet Madness :: Administration :: Premiers pas :: Archives RP-